lundi 23 janvier 2012

Les banques commencent à vaciller sous les coups venus de toutes parts.


Les banques commencent à vaciller sous les coups venus de toutes parts.

Désolé si l’on charge la mule. L’objectif de l’APLOMB n’a jamais été de « descendre » le système bancaire mais au contraire de le renforcer en éliminant les brebis galeuses.

En effet, comment continuer avec des banques qui ne respectent pas la loi et se rendent coupable du délit d’usure. C’est sur ce fait que nous avons voulu attirer l’attention.

Jamais notre association n’a critiqué le côté abusif des frais mais seulement leur aspect illégal.

Que la loi soit respectée, c’est tout.

C’est dans ce cadre que nous avons informé les banques de l’intention de certains clients de porter une plainte pénale pour délit d’usure.

Nous leur avons envoyé, par correction, le texte de la plainte qu’elles ont pu faire étudier à loisir par leurs services juridiques et leurs avocats.

Elles ont ainsi compris qu’elles ne pourraient pas s’en sortir devant les tribunaux et qu’elles seraient lourdement condamnées.

De plus, le climat général n’est pas tout à fait favorable à l’industrie financière. La proximité des élections présidentielles n’arrange pas les choses pour nos chers usuriers récidivistes.

Nous sommes en relation avec le Parti de Gauche qui est d’accord avec nous.

Le socialiste parti avait clairement dévoilé sa position en septembre dernier, au travers d’une question écrite formulée par la vice présidente du groupe sénatorial. On parlait de pratiques illégales et de délit d’usure.

Au Bourget (S&O) Monsieur Hollande a confirmé sa cible prioritaire.

L’opération Market Garden de l’APLOMB consistant à déverser un tapis de plaintes sur les banques à partir du 3 février, date anniversaire de la victoire de Stalingrad, mère de toutes les batailles, a fortement inquiété les financiers.

De plus, nous nous sommes assuré une couverture médiatique qui enclenchera un effet multiplicateur.

Une banque, bien inspirée, veut nous rencontrer. Sans doute une proposition d’armistice. Pour ma part j’estime que la loi ne peut se négocier et je confirme pour mes amis, que l’APLOMB s’en tient à son serment de Koufra.

« Tout est négociable, sauf ce qui nous appartient déjà » disait le p’tit père. Cette phrase convient bien aux millions de citoyens qui subissent depuis des années ces prélèvements insupportables sur leurs comptes.

Bref, quand j’affirme que la victoire est proche, je m’appuie sur des faits objectifs.

2 commentaires:

  1. Bravo !!! Nous avons un dossier de surendettement depuis des annees et il court jusqu'en 2019 !!! Nous nous sommes fait avoir par des credits revolvings. Et nous n'avons jamais fait de declarations mensongeres pour les obtenir.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo !!! Nous avons un dossier de surendettement depuis des annees et il court jusqu'en 2019 !!! Nous nous sommes fait avoir par des credits revolvings. Et nous n'avons jamais fait de declarations mensongeres pour les obtenir.

    RépondreSupprimer