dimanche 18 mars 2012

100.000 pages ont déjà été lues. Ce blog est devenu une arme dont les banques commencent à se méfier.


Le « Vieux cordelier », le « Père Duchesne », « l’Ami du peuple » et d’autres ont été les précurseurs de la liberté d’expression qui a fait passer notre société de l’obscurantisme à la lumière.

Ce sont les pamphlets et les brûlots affichés sur les arbres de Paris qui ont inspirés et guidés le peuple vers cette conscience d’exister.

Deux siècles après, tout est à recommencer, tout est à reconquérir, parce que nous n’avons pas su préserver ces libertés que nos aînés ont gagnées avec leur sueur et leur sang.

Les banques ont instauré sur l’économie et les citoyens une dictature comme jamais la France n’en avait connue.

Rackettant sans vergogne, faisant fi des lois de la République, provoquant le peuple par leur suffisance et leur mépris, les banquiers ont pu, grâce à l’argent de leurs clients, s’assurer les soutiens sans conditions des hommes politiques.

Corruption et usure, les deux chancres de la République.

L’APLOMB se bat depuis 3 ans pour casser cette logique et briser les chaînes de l’asservissement.

Non, nous ne voulons pas détruire le système, nous voulons simplement lui imposer le respect des lois.

Les banques sont un maillon indispensable de l’économie mais le produit de leur racket double leurs bénéfices.

L’APLOMB ne négocie pas avec ces délinquants. Il veut simplement aider les clients à demander l’arbitrage de la Justice.

Les juges condamnent souvent les banques, ce qui fait penser qu’ils sont plutôt pour les consommateurs.

Il n’en est rien. Les juges sont des professionnels de la justice et s’ils tranchent souvent en faveur des clients, c’est parce que les clients ont raison.

Nous leur faisons une totale confiance.

Ce blog va continuer à publier des articles au rythme minimum d’un article par jour. Il est le relais de tous ceux qui veulent s’exprimer et dénoncer les pratiques coupables des établissements bancaires.

100.000 pages ont été lues. Nous continuons.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire