mardi 6 mars 2012

Les présidentielles ? Ah oui ? Et en quoi ça me concerne ?


J’en ai connu des campagnes présidentielles, c’est même la neuvième. Les précédentes étaient pleines de vie et d’espoir, ça discutait ferme au bureau, à la maison, au café.

La campagne de 2012, celle que nous vivons est totalement différente. D’abord la France a changé. Elle n’est plus souveraine, ne bat plus sa monnaie et son armée et un supplétif de l’armée américaine.

L’économie, la politique, les lois se décident peut-être à Paris, mais sont supervisées par Bruxelles. La défense reste dans le cadre de l’OTAN et le franc dans celui de l’euro.

Bref, le Président aura en tout état de cause, moins de pouvoirs sur la France que le gouverneur de l’Arizona, de la Floride ou de l’Idaho.

Par contre, les candidats compensent cette absence de pouvoirs futurs par une extrême violence verbale. Soumis à certains journalistes, la haine des uns pour les étrangers n’a d’égale que la haine des autres pour les Français. Ça s’insulte mais ça ne propose rien, et pour cause, il n’y a plus rien à proposer. Comment conduire une voiture en étant assis à l’arrière, voire recroquevillé dans le coffre.

J’ai moi-même rencontré plusieurs représentants de candidats sur le sujet qui m’intéresse, à savoir : comment faire respecter les lois républicaines par les banques. Je n’ai rencontré que des gens d’accord sur tout mais incompétents en la matière.

Sauf Cheminade dont le slogan parle de lui-même « un monde sans la City et sans Wall Street », tous les autres promettent de négocier avec les banques et de légiférer, c'est-à-dire tout ce qu’il ne faut pas faire. On ne négocie pas l’application de la loi et les textes régissant le monde financier sont très bien faits. Le problème c’est qu’ils ne sont pas respectés.

Pour en revenir aux présidentielles, y a quoi sur les autres chaînes ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire