lundi 26 mars 2012

Publication d'un témoignage sur ce blog. En deux mots: "si vous ne vous laissez pas faire, ils ne feront rien contre vous."

Publication d'un témoignage sur ce blog. En deux mots: "si vous ne vous laissez pas faire, ils ne feront rien contre vous."
Merci à l'auteur de ce témoignage.

====================================================================

Bonjour, un court témoignage qui vient confirmer les propos de Gérard : Il y a quelques temps, une société de recouvrement de créances me contacte par tel. D'après eux, je leur dois 500€, une "dette" qu'ils auraient "racheté" à Cdiscount (le site web de vente discount).

Petite précision incroyable : lors de leur 1er appel, ils étaient presque incapables de me dire à quelle société je devais cette somme ? Pourquoi ? (Quelle facture...) A quelle date ? Ils veulent en venir au principal : vous payez quand et combien...

Je mène donc ma petite enquête, et m'aperçois que cela correspond à l'achat d'un appareil photo sur Cdiscount, presque 5 ans avant leur appel, achat payé en plusieurs mensualités grâce à un débit mensuel de la carte bleue enregistrée au moment de l'achat. Or, j'ai changé de carte entre deux mensualités, ayant perdu ma CB, ce qui a bien-sûr occasionné un rejet des paiements suivants. L'argent leur était dû, c'est normal.

Le problème, et j'ai appris que c'était une technique courante chez ce marchand, c'est qu'à l'époque du dysfonctionnement je n'ai reçu aucun avertissement, ni courrier ou autre. Je n'ai donc pas eu connaissance de cette dette. Des années plus tard, ils refilent leurs dettes à des sociétés de recouvrement qui, elles, réclament le paiement selon leur propres règles (en deux mensualités au lieu de 10, avec des frais de retard et de gestion de dossier etc.) J'ai donc "fouillé" sur internet (Que Choisir, forums anti-arnaques etc., ne connaissant pas encore Gérard et ses talents en la matière), pour vérifier que cette façon de procéder invraisemblable était bien légale. Et je tombe sur un article qui parle de "forclusion", ce qui correspondait à mon cas.

Je rappelle donc la société de recouvrement, et leur cite la loi en question en leur expliquant que malheureusement pour eux je fais partie des 2% de "citrons" qui ne se laissent pas "presser" si facilement..., et que le délai de forclusion s’appliquant dans mon cas, je ne leur dois rien. Sidération de mon interlocutrice, à laquelle j'ajoute "mais je ne suis pas spécialiste en droit, si vous estimez que je vous dois réellement cette somme, libre à vous de me la réclamer par voie judiciaire. Furieuse, elle a coupé court avec une brève menace creuse du type "c'est ce qu'on va voir".

Ca fait deux ans, j'avais selon elle 1 mois pour payer ma dette sous peine d'huissier, et bien je n'en ai toujours pas de nouvelle ! Bravo Gérard, une fois encore, pour tout ce que tu fais. Prenez conscience de la chance d'avoir un blog comme celui-ci sur internet, animé par quelqu'un qui travaille des heures pour donner des astuces aux citoyens qui se sentent démunis à cause de ces élites qui leur laissent croire qu'ils n'ont pas les moyens de se défendre.

Le pouvoir du peuple est énorme, prenez cet exemple merveilleux dont personne ne parle : En 2008, les citoyens irlandais rejettent le projet d'aide apportée aux banques (préférant faire payer les actionnaires plutôt que le peuple) et obligent le gouvernement à instaurer une loi permettant un pouvoir de décision des citoyens dans ce type de cas (situation grave). (Je rappelle que notre gouvernement à pris à l'époque la décision de renflouer les banques, sans nous consulter, et continue aujourd'hui de nous faire payer via les plans d'austérité etc.)

A l'époque, les médias français n'en ont pratiquement pas parlé, à part pour traiter les islandais de fous. Aujourd'hui quelques médias s'y intéressent et se demande pourquoi l'Islande est la mieux portante en Europe, avec notamment une prévision incroyable de 3% de croissance en 2012. (Nombreuses sources sur Internet).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire