dimanche 6 mai 2012

Banques: le changement, ce n'est pas maintenant... c'est dès demain matin.



par Gérard Faure-Kapper

« Le véritable adversaire, c’est le monde de la finance, sans nom et sans visage, sans parti, ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne »

François Hollande.

C’est la volonté du nouveau Président de la République qui doit-être suivie d’actions concrètes de la part des citoyens.

Il ne s’agit pas d’abattre le système bancaire mais de lui imposer d’exercer son industrie dans le cadre et le respect des lois républicaines.

Le peuple n’a que trop souffert de ce racket institutionnalisé. Les banques ont été soutenues à fond par le gouvernement Sarkozy. Les dégâts provoqués par cette politique de détournements des ressources de l’économie animée, organisée et coordonnée par Christine Lagarde ont saigné la nation.

Chaque jour, chaque citoyen, chaque entreprise découvrait avec stupéfaction des frais colossaux prélevés sur les comptes bancaires. 100, 200, 300 euros par mois, voire plus pour les particuliers. Quant aux entreprises, il était courant de découvrir l’équivalent d’un emploi qui partait en direction des paradis fiscaux.

Le droit était pourtant bafoué, les tribunaux ne pouvaient plus fournir et la situation des plus vulnérables s’aggravait chaque jour.

Notre organisation, L’APLOMB, s’est préparée depuis longtemps à ce changement.

Plus que jamais nous allons lancer des actions en justice pour chaque banque, chaque client, chaque infraction. Nous ne laisserons rien passer.

Fidèle à notre principe fondateur : les banques sont des délinquantes, aucune négociation n’est possible.

Dès demain, nous nous proposons de coordonner les actions juridiques afin de donner une substance concrète à la volonté du Président de la République.

« Le véritable adversaire, c’est le monde de la finance, sans nom et sans visage, sans parti, ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne »


1 commentaire: