jeudi 24 mai 2012

Est-ce normal que le CIC intervienne directement et de manière partisane dans la campagne des législatives ?



Par Gérard Faure-Kapper
  
A Lyon, deux Citoyens ont décidé de soumettre leur candidature au poste et à la fonction de Député.

Il y a certaines conditions et formalités à remplir bien sûr, ainsi que des obligations.

L’une d’elle consiste à avoir un mandataire financier qui va gérer les comptes de campagne pour les soumettre à la fin au contrôle d’un commissaire au compte.

Pour ce faire il est obligatoire d’ouvrir un compte dans une banque. C’est un compte tranquille puisqu’il ne peut enregistrer aucun débit.

Nos deux mandataires financiers ont donc ouvert les comptes au CIC.

Jusqu’à présent, tout est normal.

Seulement voilà, le CIC a décidé de fermer arbitrairement ces comptes, sans même respecter le délai légal de 1 mois.


D'après le directeur de l'agence de la Guillotière, l'ordre de fermeture du compte est venu directement du directeur régional, trois jours après.


Quand le candidat aux législative lui a rappelé qu'un délai d'un mois doit être respecté, il a répondu exactement ceci: "Vous voulez un délai d'un mois ? d'accord, je peux vous le donner mais en interdisant le fonctionnement de ce compte."


Il faut savoir que les décisions d'ouverture ou de fermeture sont normalement décidées par l'agence et jamais par la direction régionale.


Il s'agit donc bien d'une décision politique.

Pourquoi une mesure aussi arbitraire et illégale dont la conséquence sera d’empêcher deux citoyens à se présenter à l’Assemblée Nationale ?

La raison est très simple.

Ces deux candidats se présentent sous l’étiquette du parti Solidarité & Progrès, le mouvement animé par Jacques Cheminade.

Il s’agit du seul parti qui veut ouvertement imposer le respect des lois républicaines aux banques. Lois qu’elles bafouent chaque jour en toute impunité.

De plus, ces deux candidats se présentent sous une étiquette plutôt à gauche, ce qui prendra des voix aux tenants de la vérité sociale officielle.

Peut-on se demander pourquoi le CIC va s’immiscer dans la campagne ? Posez-vous la question de savoir qui possède 11% de son capital et vous avez la réponse.


De plus, le CIC est la filiale du Crédit Mutuel, cette banque qui possède les 10 journaux de l'Est de la France et dont les journalistes ont un accès direct sur les comptes des clients. (source Canard Enchaîné).

Comme les autres banques, le CIC s'est situé en dehors de la République, au-delà de la citoyenneté et au-dessus des lois. Ils s'en prend maintenant directement à la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme en entravant le bon fonctionnement de la Démocratie.


VOICI VENU LE TEMPS DU FASCISME FINANCIER !


 L’article 21 de la Déclaration universelle des droits de l’homme stipule que


1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l'intermédiaire de représentants librement choisis.
2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d'égalité, aux fonctions publiques de son pays.
3. La volonté du peuple est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s'exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire