lundi 21 mai 2012

Lettre amicale aux électeurs de la première circonscription du Morbihan : « Nous avons besoin de vous… »




par Gérard Faure-Kapper

Chers amis,

Comme l’ensemble des Français, vous êtes touchés directement dans votre vie quotidienne par le comportement des banques.

Frais d’interventions, commissions de mouvements, frais de tenue de compte et j’en passe. Ces prélèvements que vous découvrez presque quotidiennement sur votre compte grèvent lourdement votre budget et vous obligent à des privations pour vous et, plus grave, pour vos enfants.

Commerçants, artisans, entrepreneurs, c’est pire encore. Non seulement les banques ne vous prêtent plus mais entravent gravement la bonne marche de vos entreprises. Les frais sont gigantesques et les ruptures de concours monnaie courante.

Et pourtant, les textes et les jurisprudences sont formels, ces comportements des banques sont hors la loi et les frais sont quasiment tous interdits. Preuve en est, nous gagnons presque systématiquement devant les tribunaux avec nos avocats.

C’est un problème d’ordre public. Nos magistrats remplissent honnêtement leur tâche, mais combien de clients osent défier leur banque.

En matière de réglementation, les lois sont très bien faites, mais aucun gouvernant n’ose contraindre les banques à les appliquer.

De plus, les couloirs de l’Assemblée Nationale sont hantés par les hommes des lobbys bancaires. Leur influence est énorme auprès des parlementaires qui ne sont pas spécialistes de ces questions.

D’où l’importance pour notre cause d’avoir des députés qui sauront mettre leur vigilance citoyenne au service de tous, notamment en étudiant chaque texte dans le domaine monétaire et financier et en œuvrant pour mettre fin à ce racket de la société française.

François Le Gal est de ceux-là. Militant de longue date aux côtés des victimes des banques et, avec les moyens de son association, a su se créer un réseau national. Il a toute notre confiance.

Mais pour être à l’Assemblée, il faut être élu dans sa circonscription.

C’est pour cela qu’au nom de toutes les victimes françaises du système bancaire, nous vous demandons de voter pour François Le Gal afin qu’il défende votre cause, notre cause et celle de l’économie. D’après les chiffres, ce sont 24 milliards d’euros qui sont ainsi détournés chaque année.

Amis de la première circonscription du Morbihan, la France compte sur vous.

Et, au soir du second tour, je souhaite pouvoir dire, comme Churchill après la bataille d’Angleterre :

« Jamais dans le champ des conflits humains tant de gens n'ont dû autant à si peu »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire