jeudi 28 juin 2012

Banques: victoires, guerre totale et syndrome de Stockholm



Par Gérard Faure-Kapper


Voici un nouveau témoignage d'un client qui a refusé toute négociation et tout compromis:



"Bonsoir Gérard,

Le conseil était excellent et la victoire totale !

La banque doit rembourser plus de 2500 e de frais
Verser 500 € de dommage et Intérêts et 600 € au titre de l’article 700 (les frais d’avocat sont quasiment entièrement couverts).

La banque doit lever l’interdiction bancaire"


Après trois ans de mise au point minutieuse, après avoir patiemment accumulé les jurisprudences, le "coaching judiciaire", ça marche, ça marche même très bien. Le client se présente à l'audience et se contente de remettre notre dossier au juge et c'est gagné.

Non seulement le client est remboursé, mais souvent il obtient des dommages et intérêts et le remboursement de tous les frais engagés.

Pour les crédit, c'est pareil, la campagne que nous avons lancé en mars porte ses fruits. La quasi totalité des offres de crédit ont une tare congénitale. Si vous êtes assigné en justice, vous remettez notre dossier au juge et celui-ci prononce la déchéance de tous les intérêts depuis le départ. Imaginez un Cetelem qui a été souscrit il y a une quinzaine d'années à 20%. Le chèque que doit vous faire la société devient conséquent. D'où ce nouveau slogan publicitaire que j'ai lancé: "Ma nouvelle voiture, c'est Cetelem qui me l'a financé".

Rappelez-vous le principe fondateur de l'APLOMB: "NE NÉGOCIEZ JAMAIS !"

Nous recevrons chaque jour de nombreuses demandes de renseignements. Les gens m'exposent leurs problèmes. Dans la quasi totalité des cas, nous pouvons les régler facilement. Nous donnons les renseignements, envoyons les conditions. Nous recevons les dossiers.

Et puis, curieusement, les gens hésitent, reculent et annulent leur demande. Et cette réaction, nous l'avons dans beaucoup de cas.

Que se passe-t-il ? Ils ne veulent pas attaquer leur banque ni provoquer des ennuis à leur cher chargé de clientèle qui les persécute, les humilie et les vole depuis des années. 

Le syndrome de Stockholm.

De notre côté, nous n'insistons pas. Nous n'en avons pas le temps.

www.aplombfrance.fr 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire