mardi 7 août 2012

Cours de banque n°7 : Comment empêcher un client de porter plainte contre la banque.


par Gérard Faure-Kapper

Cours destinés aux employés des agences bancaires pour leur formation et à la clientèle pour leur information. 

Cours de banque, leçon n°7: Comment empêcher un client de porter plainte contre la banque.


C’est un problème que vous rencontrerez de plus en plus fréquemment et il faut savoir y faire face

Avec internet, google, les forums, les associations de consommateurs, vos clients sont bien renseignés, non seulement sur les « produits » que vous essayez de placer, sur les crédits, sur leurs droits et recours en général.

De plus, les tribunaux leurs donnent presque systématiquement raison.

Le danger pour les banques c’est la contagion.

Voici un certain nombre de conseils à appliquer pour décourager vos clients de porter plainte.

1°) Soyez sympa et avenant en toutes circonstances. Il est beaucoup plus difficile d’attaquer quelqu’un d’aimable.

2°) Si le client vous demande un renseignement sur telle ou telle opération douteuse, soyez sûr de vous tout en gardant le sourire.

3°) Quelques phrases clés :

En vous facturant ceci, la banque est parfaitement dans son droit.

Vous avez signé une convention de compte, vous êtes tenu de la respecter.

Les frais sont parfaitement légaux car ils sont repris dans la grille tarifaire

Contactez notre médiateur, il vous dira la même chose.

Méfiez-vous des avocats, tout ce qu’ils veulent, c’est votre argent.

Les associations ? Laissez-moi rire.

Cher Monsieur, si vous allez au tribunal, nos juristes vous mettront en pièce.

C’est le pot de terre contre le pot de fer. La banque demandera des dommages et intérêts et portera plainte à son tour contre vous.

Que voulez-vous faire contre nous, tous les hommes politiques nous doivent leur place.

Imaginez si vous nous attaquez en justice, votre découvert sera immédiatement supprimé, nous vous retirons votre carte bleue et nous refuserons tout ce qui se présente.

Et en plus, votre fils nous a demandé un crédit, vous ne voulez pas qu’on lui refuse.

Vous avez un commerce cher Monsieur. Que se passera-t-il si nous vous coupons les vivres ? Les fournisseurs ne sont plus payés de même que les organismes. C’est la faillite. Franchement, pour 15.840 euros de frais en un an, est-ce que ça vaut le coup de tout perdre.

Vous imaginez bien que notre grand patron dine avec les juges et les avocats, ils font partie du même milieu, qu’espérez-vous avec vos démarches.

Cher Monsieur, si vous voulez toujours porter plainte, je vous fiche immédiatement à la banque de France, j’en ai le droit. Vous ne pourrez même pas faire un chèque à votre avocat.

Et vous pensez trouver un avocat ? Ils travaillent tous pour nous.

Non Monsieur, pensez à votre famille, ce seraient les premières victimes.


Comme vous le voyez, vos ressources sont immenses. Le client, vous le tenez. Faites tout pour l’empêcher de faire valoir ses droits. N’oubliez pas que s’il va au tribunal, votre agence sera très mal vue et c’est sur vous que ça retombera.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire