samedi 8 décembre 2012

Dénoncer les infractions des huissiers est un devoir de vigilance citoyenne.


Gérard Faure-Kapper

J'ai eu l'heur de dénoncer un huissière du Nord. Elle a immédiatement saisi le procureur de Lille contre moi.

Pour quelle raison ? Parce que les huissiers sont la corporation la plus protégée de France.

Attaquer un huissier en justice est mission impossible.

Ils le savent et en profitent. En effet, outre la mission d'officier ministériel assermenté, la plupart sont aussi cabinet de recouvrement. Ils utilisent la première casquette pour s'enrichir avec la seconde.

Ils s'enrichissent sur le dos des citoyens mais aussi sur celui de leurs donneurs d'ordre, notamment les organismes de crédit.

En attendant mon procès qui, j'espère, entrera dans l'histoire comme celui de Jeanne d'Arc, Danton, Dreyfus ou de la bonne dame de Loudun, j'ai décidé d'exercer mon devoir de vigilance citoyenne.

Et j'invite chacun à en faire autant.

Bien sûr, chaque histoire doit être prouvée par des écrits. C'est le cas pour ce qui suit.

L'affaire Jakubowicz, huissier à Paris.

Un cas classique. Une dette non due réclamée par la BNP. Aucune assignation à personne, un procès en dehors de la présence de l'intéressé qui n'était pas prévenu, une condamnation.

La copie exécutoire est présentée en avril 2012 pour un montant de l'ordre de 3.400 €.

Un second huissier lui présente une facture de 3.600€ pour la même affaire. Car il est courant que plusieurs huissiers attaquent le même client pour des montants différents, de manière à ce que celui-ci payent plusieurs fois une même dette.

Le client, bien que ne devant rien, pour éviter la saisie, décide de payer. C'est le principe même du racket, sauf qu'avec la Mafia, on a une protection en contrepartie, ce qui n'est pas le cas avec le ministère de la justice.

La personne paye donc 800€ dans un premier temps.

4 mois plus tard, reniant sa parole, l'huissier débarque pour une saisie des meuble.

Les appartements ne sont plus ce qu'ils étaient comme du temps de "la carlingue". Le déménagement coûtera plus cher que la valeur.

Et puis, en décembre, le client reçoit une convocation au tribunal pour la saisie de ses revenus.

Le document m'a été transmis et je l'ai sous les yeux.

La personne devait 3.519,94€.

Elle a versé 800€ qui sont déduits, mais maître Jakubowicz, au lieu de payer son donneur d'ordre, a encaissé les fonds pour son compte personnel.

En effet, il rajoute 706,40€ de frais.

Un huissier n'a pas le droit d'imputer des frais au débiteur, mais qu'importe, foutre des lois.

De quels frais s'agit-ils, puisque l'huissier n'a mené aucune action ?

Il s'agit de frais. c'est tout.

Nous nous trouvons devant un cas très courant. J'ai une autre affaire identique sous les yeux.

Ils s'agit de la SCI Jouglet & Lesage.

En juin 2012, ils prennent un accord avec un client. 100€ par mois.

Le client paye pendant 6 mois, s'appuyant sur un document de l'étude concrétisant cet accord et signé par l'huissier.

Et au bout de 6 mois, les versements ont disparus sous les frais et le client se retrouve avec une ordonnance portant injonction de payer.

Des affaires comme ça, j'en ai plein d'autres.

Moralité: ne faite JAMAIS confiance à un huissier, ni en sa parole, ni en ses écrits. Il est là pour faire de l'argent... par tous moyens à sa convenance.



7 commentaires:

  1. Il y a deux ans je devais 800€ à l’Urssaf. Une mensualité de l’échéancier non respecté et je reçois un papier de l’huissier demandant 800 + 600 de pénalités % de l’huissier + les frais d’acte. Je regarde avec stupéfaction le montant des frais et je vais sur internet chercher la réglementation officielle : 1.5%. Il avait donc appliqué 75% et ce ne pouvait être un dérapage de doigt sur un clavier. J’appelle l’huissier. On me répond qu’il faut payer. Malgré mes protestations rien à faire… Et du coup, je pense que bon nombre de gens doivent payer par peur des suites.
    Je prends le texte de loi et je file à l’Urssaf avec le dossier. Là, j’explique au conseiller qu’il faut que l’Urssaf soit change d’huissier, soit le remettre dans le droit chemin car il doit se servir d’eux pour escroquer les gens. Mais que s’ils ne font rien je porte plainte à la fois contre l’Urssaf et à la Chambre des Huissiers. La direction financière de l’Urssaf est appelée devant moi. Effectivement j’ai raison. De suite, on appelle l’huissier qui se fait recadrer. C’est bien 1,5%, il allègue l’erreur qui est humaine. Il refait son bordereau. L’Urssaf a diligenté une enquête. Aurait-il fait ça à d’autres ? Ensuite je n’aurais plus jamais d’ennuis avec lui. Mais il y a aussi des huissiers très humains et très corrects.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "il y a aussi des poissons volants mais ce n'est pas la généralité de l'espèce" (Jean Gabin dans Le Président)

      Supprimer
  2. Mais sur la photo c'est "jamais-sans-ma-Rolex" ?
    ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, c'est lui. D'ailleurs dans cette affaire précise son cas à fait l'objet d'une requête auprès de la cour européenne des droits de l'homme. Cette requête a été déclarée recevable.

      Supprimer
    2. J'avais reconnu la montre ;)
      Une belle gueule de bâtard !
      J'espère qu'il va morfler et que ça va être la fin de l'impunité de cette équipe de cow-boys décérébrés !

      Supprimer
  3. seul moyens contres ses fils de putes les planter aux couteaux leur faire payer le prix du sang moi philippe j ai pas peur des ces gros encules de huissiers

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un vieux proverbe napolitain mes amis : Quand tu as à faire à des mafieux, (chez nous c'est l'urssaf, fisc, huissiers, rsi, etc),
      fait appel à la Mafia.

      Supprimer