mercredi 17 juillet 2013

Comment les associations de consommateurs se sont faites couillonner par les banques


Par Gérard Faure-Kapper

La limitation des frais bancaires. Un  piège à cons.

Oh que c'est beau, merci à St François et St Pierre, miracle obtenu en l'an de grâce 2013. Les ex voto fleurissent dans la presse et sur les sites des associations.

Celles-ci se félicitent de cette avancée historique. Les frais bancaires sont limités, et doublement pour les plus fragiles d'entre-nous. 

Frais limités à 244€ pour les titulaires du RSA. Bravo pour l'avancée. Vous me direz qu'ils disposent quand même de 50% de leurs revenus, salauds de pauvres !

Le gros problème, l'énorme problème, le gigantesque problème des associations qui prétendent défendre les intérêts des usagers de la banque, c'est leur incompétence en matière de calculs. Je ne parle pas de la science des mathématiques financières, non je parle du calcul tel qu'on l'apprend au cour moyen: additions, soustractions, divisions, multiplications, fractions et rapports proportionnels.

Cette mesure à la con qui provoque une pâmoison des dames patronnesses socialistes, c'est quoi en réalité ?

Un banquier est mandaté par son client pour effectuer les paiements sur son compte.

Si celui-ci n'est pas approvisionné, le banquier étudie la possibilité de "prêter" l'argent à son client pour effectuer le paiement. 


Le banquier se rémunère de cette étude de crédit en facturant des commissions d'intervention qui alourdissent le coût du découvert ainsi obtenu.


En fin de trimestre, si l'on fait le rapport proportionnel entre les montants des découverts, leurs durées et leurs coûts (intérêts plus frais), on obtient un taux que l'on peut qualifier d'effectif et de global (TEG)


Ce Taux ne peut excéder un taux fixé par la Banque de France qui s'appelle le seuil de l'usure. (aux environs de 20%)


Au-delà de ce taux, la banque commet un délit d'usure.


Bon Dieu, on ne peut pas faire plus simple comme explication, même une chèvre débile comprendrait.

Quand nous recalculons les taux de nos adhérents, nous tombons toujours sur des taux excédant ce seuil de l'usure.

Le seuil de l'usure est la limitation naturelle et légale des frais d'intervention.

Moscovici, en espérant faire oublier Cahuzac, propose une grande mesure populaire. Il limite les frais. Cette mesure avait déjà été proposée par Lagarde, avant qu'elle se prenne les pieds dans le Tapie.

Pour résumer, quand vous serez fusillés par les banques, ce ne sera plus 12 balles, mais il y aura une limitation à 6 balles.

La réalité, c'est que les patrons de Moscovici, les banques pour qui il travaille, veulent dépénaliser l'usure pour les particuliers, comme cela a été fait le 1er août 2003 pour les professionnels.

Aujourd'hui, l'APLOMB reste la seule et unique association d'usagers bancaire d'envergure nationale à dénoncer ce scandale.

 ===================================
L’APLOMB est une association loi de 1901 qui ne vit qu’avec les dons et cotisations de ses membres et sympathisants.

Pour continuer notre action, nous avons besoin de votre soutien pour couvrir nos frais (loyers, reprographie, courrier, téléphone, etc…)
Vous pouvez adhérer à notre association (65€ annuel)
Ou faire un don du montant que vous voulez, 
5€, 10€, 20€, 30€...

Au nom de toutes les victimes des banques, nous vous remercions.

Pour payer avec votre carte, cliquez sur ce lien.








1 commentaire:

  1. MR KAPPER JE VOUS AVAIS AVERTI JE CROIS GROSSES STRUCTURES INNEFICACES COMPROMIS PETITS ARRANGEMENTS VOUS ETES EN MESURE D ETRE D UTILITE PUBLIQUE FAITE LE IL FAUT CHANGER LE RAPPORT DE FORCE C EST LONG JE SAIS MAIS CE SERA BON!!!!!

    RépondreSupprimer