lundi 1 juillet 2013

Surendettés, transformez vos soucis financiers en une importante source de revenus.


Par Gérard Faure-Kapper

Bilan semestriel des contrôles sur les crédits et les comptes courants.


Depuis 6 mois, nous avons contrôlé avec nos partenaires, une centaine de dossiers de crédits.

Crédits revolving, crédits personnels, crédits à la consommation, découverts, prêts immobiliers.

Le bilan est sans appel. En dehors des prêts immobiliers, nous n’avons pas trouvé de crédit conforme.

En conclusion, nous pouvons affirmer, sauf pour les prêts immobiliers, que les crédits que vous remboursez chaque mois présentent des anomalies.

Anomalies à l’ouverture : manquent les signatures, manquent les dates, manquent les documents d’assurance, manquent les conditions générales, manquent les tableaux d’amortissement, manquent les paraphes, non-respect du délai de rétractation, et surtout taux effectif global erroné, etc.

Anomalies pendant le remboursement : manquent les avenants pour les nouveaux déblocages, manquent les nouveaux tableaux d’amortissement, clauses de variabilité du taux non respectées, etc.

Anomalies pendant le recouvrement (le cas échéant) : forclusion, c’est-à-dire prescription après 2 ans, harcèlement morale et physique, intimidation, menaces, frais excessifs et interdits, chantage, escroquerie aux versements, frais illégaux, non signification à la personne des actes juridiques, refus de communiquer les documents, fausses déclarations, faux en écriture, escroquerie au jugement, procédures exécutoires abusives, violation de domicile, vol, violences, non-respect des droits à la défense, entrave à la justice, recours abusifs aux tribunaux, manœuvres dilatoires… J’arrête ici car j’ai l’impression de recopier le code pénal.

Anomalies dans le fonctionnement des comptes courants, coût des découverts générant des pratiques usuraires, forclusion, non régularisation des découverts de plus de trois mois, retrait abusif de concours, fichages systématiques et injustifiés, dénonciation de crédits sans aucune raison, faux refus de paiement, manipulation des dates de valeurs, etc.


Vous qui avez des frais sur votre compte, qui avez des crédits et qui avez certainement des difficultés, vous avez plus de chance de gagner l’Euro million 5 fois de suite plutôt que de passer au travers de ce qui précède.

Quelles en sont les conséquences. Pour vous, c’est tout bon, abandon de la dette, abandon des poursuites, abandon des intérêts, remboursement des frais d’intervention et des frais de refus. Et si vous persistez dans les poursuites, souvent c’est le remboursement de tous les intérêts versés depuis l’ouverture du crédit. Si vous avez un revolving qui court depuis 15 ans à 20%, les sommes peuvent être très importantes.


Ceci m’avait déjà permis d’écrire un article : si vous êtes surendetté, vous pouvez transformer vos soucis financiers en une importante source de revenus. Finalement c’est un métier comme un autre.


Néanmoins, je rappelle la position de l’APLOMB qui n’a jamais variée.

L’objet de notre association n’a jamais été d’inciter les gens à ne pas payer leurs dettes. Vous avez emprunté de l’argent, vous devez le rembourser.

Ceci est vrai pour le capital (sauf forclusion, violation manifeste de la loi de la part du créancier ou de son mandataire, décision souveraine et définitive d'un juge, etc.)

La perception d’intérêts est une opération commerciale honorable qui s’inscrit dans un cadre législatif stricte.

A titre personnel, je considère que les textes sont très bien faits. Ils protègent de manière équilibrée la banque et le consommateur. La loi impose des contraintes et des formalités aux établissements financiers.

S’ils les respectent, alors tout va bien.

Par contre, la loi inflige des sanctions à ceux qui ne les respectent pas. La principale étant la perte au droit aux intérêts.

Les consommateurs qui font vérifier leurs dossiers ne font qu’exercer leur devoir moral de vigilance citoyenne et s’en remettent à l’arbitrage de la justice.

Si vous voulez d’autres renseignements sur votre situation particulière, appelez nous au 01 57 05 86 76 ou mieux, remplissez le questionnaire sur www.aplombfrance.fr


2 commentaires:

  1. Bonjour.Quand vous allez au tribunal pour des prets non payés(et je sais de quoi je parle) vous ne pouvez pas vous défendre,car vous n'avez pas les moyens financiers de prendre un avocat eux si!!Vous avez 5'pour essayer d'argumenter(taux d'intérets, faux en écriture etc..)et cela devant une salle comble(honte et sentiment d'être une voleuse,une m...e).Un mois aprés visite de l'huissier pour vous annoncer la bonne nouvelle:reprise du même taux par le tribunal plus des frais supplementaires(recherche de comptes bancaires ,opposition sur carte grise ,état hypothecaire de vos biens)cela pour un credit revolving de 7000 euros.Quand cela vous arrive pour 5ou 6 crédits et que l'huissier vous recommande de ne pas faire appel car "il vous faut un avocat et vous allez perdre"vous n'avez plus qu'une idée:chercher une corde..........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut jamais perdre de vue que nous avons à faire à des mafieux qui ont des avocats spécialistes de la destruction et de l'humiliation des personnes. Il ne faut pas essayer d'argumenter, mais de présenter un dossier le plus clair possible (en TI ça se décide sur dossier). Par exemple, décrire l'anomalie, avec la preuve en pièce jointe, et rappeler la sanction.
      Il y a beaucoup d'anomalie, notamment sur les frais des huissiers, mais ça nécessite une expertise préalable.
      Si le juge se rend compte, par la clarté de l'expertise et de l'explication, que vous avez raison, vous avez toutes les chances de gagner.
      Mais tout ceci est un combat, et la Résistance n'a jamais été une partie de plaisir.

      Supprimer