samedi 9 novembre 2013

La Société générale poursuit ses réductions d’effectifs


Copié/collé du site 

La Société générale poursuit ses réductions d’effectifs


La banque, qui poursuit ses efforts d’adaptation, a publié de bons résultats au troisième trimestre. Son bénéfice a sextuplé en un an.
Dans moins d’un an, la Société générale fêtera ses 150 ans. Et les célébrations s’annoncent sereines. Après des années très difficiles, la banque de la Défense a relevé la tête. Elle vient de publier de bons résultats trimestriels. Son bénéfice a notamment sextuplé à 534 millions d’euros. Le produit net bancaire, à 5,7 milliards d’euros, a progressé de 14,3 %, «une très belle performance comparée à nos pairs», a souligné le PDG du groupe, Frédéric Oudéa. En Bourse, le titre bondissait ce matin de plus de 3 %, dans un marché morose.
En France, la banque de détail souffre toutefois de l’environnement économique morose. Le bénéfice des réseaux s’est replié de 12 % en un an, à 308 millions d’euros. Les provisions pour créances douteuses, qui reflètent la solidité des entreprises clientes, ont «en parallèle» augmenté de 22 % à 216 millions d’euros.

Enquête sur l’Euribor

La banque affronte «des changements de vaste ampleur, a rappelé Frédéric Oudéa, en raison des changements des comportements des clients, mais aussi des développements technologiques». Ces transformations se traduisent par une réduction continue des effectifs. En 2014, la banque prévoit encore près de 400 suppressions de postes, essentiellement dans les équipes de gestion administrative, selon les syndicats.
Société générale a confirmé être entrée en négociations exclusives avec le Crédit agricole pour le rachat de sa part dans le courtier NewEdge. La transaction sera financée par la cession de 5 % de leur filiale commune de gestion d’actifs, Amundi. A l’issue de l’opération, Société générale détiendra 20 % d’Amundi et Crédit agricole 80 %, mais ce nouvel équilibre ne changera en rien la gouvernance, assure le groupe.
La Commission européenne a lancé une vaste enquête sur la manipulation de l’indice Euribor. La Société générale serait dans le viseur de Bruxelles. La banque a passé 200 millions d’euros supplémentaires de provisions pour litiges judiciaires ce trimestre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire