samedi 11 janvier 2014

Le respect de la vie privée, le privilège des puissants.


Par Gérard Faure-Kapper

Pour faire oublier la situation catastrophique dans laquelle est plongé le pays, l'Etat va multiplier les diversions. Après l'affaire Valls vs Dieudonné, c'est un nouveau scandale qui se prépare.

Les faits n'ont rien de choquant puisque c'est la vie courante. Un homme, célibataire, fréquente une jeune fille, et va la rejoindre de temps en temps. Fusse-t-il président de la république, rien d'anormal.

Mais là où ça devient scandaleux, c'est que le ci-devant président veut se défendre en invoquant "le droit à une vie privé".

Comment peut-il oser se réfugier derrière cette notion qui est bafouée tous les jours par ses différents ministères. Seulement les victimes n'appartiennent pas à l'élite, mais au peuple.

Votre vie privée est violée quand des huissiers, des flics et des serruriers pénètrent en force dans votre appartement, violant votre intimité, traumatisant vos enfants, saisissant vos affaires afin de les revendre sur Ebay pour leur propre compte.

Votre vie privée est violée quand votre banquier étudie votre relevé de carte de paiement pour savoir où vous achetez vos fringues, quels restaurants vous fréquentez, quel est le montant de vos courses au supermarché, inspectant et épluchant vos factures pour déterminer votre niveau de vie.

Votre vie privée est violée quand une grande banque mutualiste, propriétaire de grands journaux, donne accès aux journalistes pour accéder à vos informations les plus intimes, tant dans les dossier que sur vos comptes courants.

Votre vie privée est violée quand des cabinets de recouvrement vont téléphoner à vos voisins et leur exposer tous les détails de votre vie privée afin de faire pression sur vous.

Le droit à une vie privée ? Non, il n'existe plus pour les citoyens, s'il tant est qu'il ait existé un jour.

Le droit à la vie privée, c'est comme la présomption d'innocence, c'est uniquement réservé à l'élite et aux privilégiés.

Alors, je suis profondément choqué que ce droit qui n'existe pas pour nous, soit évoqué dans l'entourage du Président pour tenter de s'exprimer sur une faute qui n'en est pas une.

Ça ne me regarde pas, mais je pense que le véritable problème du président n'est pas d'affronter le peuple, qui s'en tape complètement, mais sa concubine notoire qui l'attend de pied ferme.

Bonne chance François...

3 commentaires:

  1. Oui c'est bien un viol de la vie privée lorsqu'un huissier accompagné d'un diagnostiqueur (DPE)vient faire un etat des lieux en vue d'une saisie immobiliére, prend des photos de votre habitation de la cave au grenier(chambre ,salle de bain et jusqu'aux ecoulements des eaux usées pour savoir s'ils sont aux normes).OUI pour moi cela a été pour moi un viol avec un grand choc psychologique.

    RépondreSupprimer
  2. C'est sûr que Valérie doit l'attendre avec un rouleau à patisserie...remarque je ne sais pas si elle accède aux cuisines... MDRRRRR pauvre François... mais surtout pauvre de nous :(

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,... le plus triste et lamentable dans cette affaire, c'est qu'il s'est fait piéger comme un gamin prit le doigt dans un pot de confiture. C'est un personnage qui est incapable de prendre une décision saine afin de régulariser sa situation. Et sa concubine la Valérie, vit aux crochets de l'état. C'est une girouette sensible à tous les vents, pour qui la parole politique donnée, n'a aucune importance. On a là, toute l'envergure du personnage et c'est inquiétant.

    RépondreSupprimer