lundi 1 septembre 2014

APLOMB saison 5. La lutte contre les banques se radicalise.



Par Gérard Faure-Kapper

Avec la nomination d’un banquier à Bercy, l’Etat réaffirme sa détermination contre l’ennemi sans visage de la finance : les clients des banques.

Ce combat sera mené sans merci et avec la même détermination et énergie que le gouvernement mettra pour soumettre notre malheureux peuple à la merci des banquiers.

Notre objectif : que les lois républicaines s’appliquent également aux banques, et que les infractions à la loi, comme le délit d’usure, soient punies avec la même sévérité et rigueur impitoyable que les infractions bénignes aux règles de stationnement ou dépassement de délai de paiement de l’impôt.

Si les responsables se comportaient vis-à-vis des banques comme des agents de l’URSSAF ou du RSI, c’est 65 milliards qui seraient remboursés chaque année aux particuliers et aux entreprises.

Le premier ministre est tombé amoureux des entreprises, soit, mais ce n’est pas une raison pour les… léser avec une telle intensité.

Alors que les preuves de pratiques usuraires délictueuses sont irréfutables et reconnues, les banques adoptent une nouvelle stratégie consistant à prolonger les délais et à chicaner sur chaque virgule.

L’action de l’APLOMB comporte 6 phases

1ère phase.
 Les tribunaux insistent sur la nécessité pour les clients de fournir les preuves de ce qu’ils avancent. Les reconstitutions historiques de la vie des comptes et les analyses très précises menées par le cabinet APLOMB FACE KAPPER apportent la réponse et cette preuve irréfutable demandée.

2ème phase
Cette étude et la demande sera envoyée à l’agence, exigeant une réponse sous quinzaine.

3ème phase
Cette demande préalable permet d’obtenir une réponse que nous dirigerons vers le médiateur. Ceci est nouveau pour l’APLOMB, mais la réponse de celui-ci, si elle n’est pas satisfaisante, nous permettra d’avoir tous les points d’appui pour que notre avocate rédige l’assignation.

4ème phase
Chacune de ces opérations sera accompagné par un article personnalisé dans le blog de l’association, avec en entête la photo de l’agence concernée et la publication des réponses. Ce débat doit être public. Notre blog compte pas loin de 800.000 lectures, soit un bon millier chaque jour.

5ème phase
Pour les banques mutualistes, Crédit Mutuel, Crédit Agricole et Banque Populaire, c’est le responsable civil et pénal de la Caisse qui sera notre interlocuteur et le destinataire des plaintes ou des requêtes. Ceci concerne les Conseils d’Administration et de Surveillance qui devront s’impliquer dans leur localité.

6ème phase
Tribunal.


C’est ainsi que les affaires se présentent pour l’année à venir.


L’APLOMB ne lâchera JAMAIS !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire