vendredi 14 novembre 2014

Banque Populaire Bourguin Jallieu: Une ahurissante ligne de défense

Par Gérard Faure-Kapper

Après la dernière campagne consistant à envoyer un dossier complet à l'agence demandant le remboursement des frais d'intervention, nous avons déjà des retours. 

Rien de bien nouveau, le copié/collé habituel où l'agence déverse un fatras de propos incohérents pour essayer d'expliquer l'inexplicable. La banque est en tort, mais n'est pas Vallaud Belkacem qui veut. Le langage de bois, c'est une technique, et convaincre qu'il fait jour quand il fait nuit, c'est un métier.

Nous avons envoyé l'étude complète de l'APLOMB à la Banque Populaire de Bourguin Jallieu. Ils ne contestent rien des chiffres ni des arguments. Ils ne nous opposent aucune objection.

Par contre ils s'appuient sur les propos d'un secrétaire d'état sous Sarko pour bâtir leur défense.

Pour la Banque Populaire Loire et Lyonnais, Une simple réponse ministérielle est supérieure à un arrêt de cassation. La banque ignore que la démocratie repose sur la séparation des pouvoirs: exécutif, législatif et judiciaire.

Ce secrétaire d'état décrète que les frais d'intervetions ne sont pas compris dans le TEG. 

Ceci n'a aucun sens. Le TEG est le rapport proportionnel entre la durée, le montant et le coût du découvert.

La définition du coût d'un découvert, c'est ce qu'à coûté le découvert. Je ne peux pas faire plus simple.

Le TEG, contrairement à ce que pensent les juristesde la Banque Populaire, ce n'est pas une boite magique dans laquelle nous allons mettre ce qui nous arrange. 

Cette référence aux propos de ce secrétaire d'état est d'autant plus douteuse, car la Banque Populaire se réfère aux propos d'un homme qui a été à la base de tous les mouvements ultra extrême droite. Il était à Occident, il a été un des 4 fondateurs d'Ordre Nouveau en décembre 69, il était dans le GUD, bref, un CV impressionnant. A côté de ça, Marine est la cheftaine d'une ronde de jeannettes.  

La Banque Populaire Loire et Lyonnais a cessé de se battre avec des arguments objectifs. Elle s'enferme dans sa tour d'ivoire. 

4 commentaires:

  1. Dans mon cas le juge s'est appuyé uniquement sur cette reponse ministériel pour me débouter. Comme quoi des fois ça fonctionne quand même.

    RépondreSupprimer
  2. aviez vous eu le detail chiffré des frais fait pas l'alpomb , dans votre dossier présenté au juge ?

    RépondreSupprimer
  3. Il est effectivement nécessaire de présenter au juge les preuves de ce que l'on avance. C'est l'objet de l'étude des compte qui consiste d'abord en une reconstitution historique chiffrée et documenté. Aujourd'hui, nous trouvons cette référence à Hervé Novelli dans les conclusions, mais les juges, en général, ne suivent pas. Eventuellement, envoyez moi le compte rendu de l'audience pour voir les arguments du juge.

    RépondreSupprimer
  4. juste une question: les comptes peuvent-ils être demandés à la banque ? les comptes sont maintenant disponibles en format electronique, et je viens de découvrir que le crédit mutuel ne les stockent pas en ligne ... donc j'ai perdu bcp d'extraits de compte de cette manière .... car je ne les téléchargeais pas .

    RépondreSupprimer