vendredi 6 février 2015

Limitation des frais à 80€ mensuels: une belle affaire pour les banques mais pas pour les clients




Par Gérard Faure-Kapper

Les ministres, les députés, l'AFUB, les associations de consommateurs se sont tous réjouit de la limitation à 80€ mensuels des frais d'intervention.

C'est un immense progrès pour eux, au lieu de voler 200 à 300€ chaque mois sur le compte de smicards, le législateur est intervenu pour limiter cette prise à 80€.

"Wenn man zum Abendessen mit dem Teufel haben will, einen langen Löffel." vieux proverbe alsacien (Si l'on veut souper avec le diable, il faut prendre une longue cuillère.)

Comment ces gens pouvaient penser une seconde qu'ils avaient terrassé la bête immonde. "Nous verrons bien, après 1 an de ce nouveau régime, le manque à gagner des banques".

Nous venons d'avoir les chiffres. Les banques n'ont rien perdu. La baisse des recettes de frais n'est que de 2,60%. C'est peanuts et non significatif.

Comment les banques ont réussi à maintenir leur niveau de collecte.

Ca a été très simple. Nous prendrons moins mais à beaucoup plus de client.

Mais en prime, les banques ont prélevé des frais d'intervention par le biais de forfaits de refus. C'est invisible et ça ne rentre pas dans l'enveloppe de 80€.

Ensuite ils ont multiplié les lettres. "Il faut bien informer le client, dans un souci de transparence". Certes, mais envoyer 5 lettres à 17,60€ sur une durée de 3 jours, c'est une manière de prélever encore et encore. D'autant plus que, d'après les victimes, la banque n'envoie qu'une lettre et en facture 5.

Et puis les lobbys ont super bien travaillé. Avec la loi MURCEF, cette loi scélérate qui donne un cadre juridique au racket, les banques peuvent facturer une première lettre à 17€50 puis une seconde à l'issue des 4 jours, puis des frais d'intervention quand ce ne sont pas des frais de refus.

Une question se pose. Les associations de consommateur ont tout approuvé, les députés ont voté comme un seul homme, les médias ont glorifié l'attitude compréhensive des banques et encensé l'autorité du gouvernement pour protéger "les plus fragiles d'entre nous".

Et pourtant, le peuple s'est fait mettre un madrier.

L'explication est simple. Aucun des intervenants n'a jamais travaillé dans une agence bancaire, sinon ils auraient compris tout de suite.

2 commentaires:

  1. S’il est entendu que le chien est le meilleur ami de l’homme;
    il est tout aussi vrai que le politicien est son pire ennemi.
    Allez dire aux hommes politiques
    Qu’ils enlèvent nos noms dans leur business
    Tout est fait pour que l'individu ne se rencontre pas,parce que s’il se rencontre c’est terrible. Il développe un sens critique, il développe un jugement et alors là il est INGOUVERNABLE ! »
    Apprenez à penser par vous-même. Si vous ne le faites pas, d'autres le feront pour vous

    RépondreSupprimer
  2. J'ai eu 130 € de frais sur mon compte perso ce mois-ci
    elle existe vraiment cette loi ou bien ce sera dans le prochain Star Trek ?

    RépondreSupprimer