mercredi 22 juillet 2015

Agriculteurs, éleveurs, terminez votre oeuvre sinon c'est la mort !


Par Gérard Faure-Kapper

L'APLOMB compte beaucoup d'adhérents du monde paysan. Nous ne connaissons que trop bien la problématique et nous recevons régulièrement des appels désespérés.

Aujourd'hui ce monde explose. Alors ce gouvernement, connu pour sa haine des Français, propose des mesures financières pour aider les exploitations.

Pour résumer, impôts, tva, cotisations, échéances, on reporte à plus tard. Mais dans un an ou deux, à l'échéance du "plus tard", c'est le double qu'il faudra sortir, le double de ce qui ne peut être payé aujourd'hui.

Les revenus auront-ils augmentés ? Non bien-sûr, ce sera même le contraire.

Alors, les paysans unis aujourd'hui, se trouveront seuls, dans une France apaisée, seuls face à leurs créanciers et seuls face aux huissiers.

"Oui mais on ne peut pas être saisi comme ça, il faut passer devant le tribunal, et là j'expliquerai au juge..."

Non, non, tu n'expliqueras rien du tout car tu ne passeras pas chez le juge. L'article 56 bis de la loi macron, celle dont la représentation nationale ne voulait pas et qui est passé dictatorialement par le 49-3, retire les juges du circuit et donne pouvoir à l'huissier d'émettre une ordonnance portant injonction de payer. Sans opposition dans les 15 jours, l'ordonnance est exécutoire.

Et là, vous n'avez plus rien.

Aujourd'hui, le monde paysans est en ébullition. Alors on "reporte" l'échéance de destruction de l'exploitation. la cour européenne n'a pas été consulté pour savoir si l'on débranche les paysans pour les laisser s'endormir en paix. Non, l'état arrachera brutalement les tuyaux.

L'APLOMB a une proposition et surtout, une solution.

Il faut de l'argent frais aux exploitations, non pas un prêt, non pas un report, mais de l'argent frais.

D'autre part, il faut que les paysans contrôlent efficacement leur banque, principalement le Crédit Agricole.

Les dossiers que nous avons étudiés montrent que des sommes très importantes ont été prélevées sur les comptes en frais d'intervention. Pour les professionnels, ce montant dépasse souvent les 10.000€.

Cet argent a été pris illégalement par votre banque puisque le taux pratiqué est largement supérieur au seuil de l'usure (env 20%).

Les banques ont caché ce taux en omettant volontairement de compter ces frais dans le coût des découverts.

L'APLOMB va reconstituer les mouvement sur votre compte durant ces 5 dernières années et vous aidera dans vos recours auprès du tribunal d'instance.

La loi est de votre côté. Non seulement vous récupérerez votre argent indûment prélevé, mais à l'avenir, n'aurez plus cette ponction insupportable, cet "impôt" supplémentaire prélevé, tel la taille et la gabelle, par un organisme privé.

Le second point est de contrôler plus étroitement votre banque, principalement le Crédit Agricole. 

N'oubliez pas que cet établissement mutualiste a été créé, comme le Crédit Mutuel et la Banque Populaire, justement pour lutter contre les pratiques usuraires.

Lors de la prochaine assemblée générale de votre banque mutualiste, trois choses importantes:


1) Ne donnez, le cas échéant, vos pouvoirs qu'à une personne de confiance.

2) Votez non au quitus pour "pratiques usuraires présumées"

3) Demander l'adoption de la résolution"APLOMB" interdisant les pratiques usuraires

4) Si vous en avez le temps et le goût, présentez votre candidature au conseil d'administration.


Comme de nombreux professionnels de l'agriculture, rejoignez l'APLOMB. Nous travaillons avec la loi et... une calculette.

www.aplombfrance.fr








3 commentaires:

  1. L'article 56 bis concerne des sommes de moins de 2000 € ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce qui fait passer un certain nombre de créances par cette voie. Autrement, c'est la voie normale.

      Supprimer
  2. Pertinent, à cogiter :
    L’Agriculture Nouvelle: le Paysan libéré
    « Tout avance à grands pas :
    La conversion de l’agriculture sous domination d’État et multinationales à l’Agriculture : le Paysan libéré.
    Il n’y a pas à attendre. C’est comme pour la Grèce, il faut () revenir à la production locale, aux graines locales, aux semis du Pays et rien d’autre, plus aucun engrais chimique.
    Déjà toute l’étude de rentabilité de l’agriculture traditionnelle naturelle et de sa bonne santé : le retour au bio, est démontrée mais il faut que tous fassent de même.
    C’est un fait, une vérité, qu’isoler une culture bio au milieu des pesticides ne sert à rien pour l’appellation bio. Nous sommes d’accord.
    La seule solution : UNITE – SOLIDARITE
    Du jour au lendemain : tout miser sur la vie saine, la Vie Juste, et ne rien commander aux céréaliers*, aux multinationales en pesticides et semences trafiquées.
    *(parce que les céréaliers ont leur propre réseau de semences trafiquées)
    Ce n’est pas un acte isolé qui est résistance au système, mais c’est toute la profession en même temps qui décide de faire barrage à l’imposition du pouvoir de l’argent, de la corruption, du système qui profite aux riches et non à ceux qui cultivent la terre, qui ont mission de nourrir le Peuple.
    Le drame de la France vient du manque d’Unité du Peuple dans son ensemble et des Paysans dans leur isolement.
    Il n’y a pas deux agricultures, il n’y en a qu’une : celle que vos parents et grands-parents pratiquaient.
    Ce n’est pas en voulant « produire plus » que l’on produit bien et durablement. Vous l’avez expérimenté, vous savez ce qu’est l’esprit de Résistance dans la filière bio et vous-mêmes êtes acculés à la déchéance par volonté organisée des profiteurs de tuer la Véritable Agriculture de la France.
    Il est possible de remédier à cela. Il est urgent de vous unir pour défendre ce qui a fait la fierté des vôtres et qui fera celle de vos enfants : le retour à la Raison.
    Il n’y a qu’une voie : fédérer la Résistance au système mafieux partout présent jusque dans les rangs du gouvernement, et décider par vous-mêmes. …
    Pour en revenir aux multinationales et pressions du gouvernement et système :
    Il faut repenser le lien à la Terre sans attache avec le passé récent : tout ce qui vous lie, vous corrompt, vous emprisonne.
    Refusez tout net tout arrangement et concession.
    Restez solidement unis, défendez-vous contre l’adversité.
    N’achetez plus rien qui soit polluant !
    Nous savons que, du jour au lendemain, tous auront du mal à agir ensemble, mais n’ayant plus rien à perdre, beaucoup s’engageront dans cette voie.
    C’est la dissidence jusqu’à ce que des mesures concrètes de l’État – et Nous sommes déjà dans le Collectif de la France – soient édictées pour défendre les Paysans.
    Parce que vous serez unis solidement comme les doigts d’une main, vous ferez face : ne donnant plus rien à personne, jusqu’à la satisfaction des nouvelles lois.
    Arrêter totalement les polluants – engrais – pesticides et semis transgéniques : est la seule solution pour couper court au marché des multinationales.
    La Résistance : tous pour 1 – 1 pour tous, est couronnée à coup sûr de succès parce que personne ne peut lutter contre un bloc soudé dans sa Volonté de Changement.
    C’est votre Chance. Vous êtes obligés de lutter contre un système mafieux qui ne fera que se nourrir de vous, vous écraser et jamais vous aider. Vous le vivez et ce n’est pas fini.
    « Le miracle » viendra de votre Unité à lutter contre l’injuste, le faux, le poison. Ensuite « l’énergie libre » dont on vous parle tant, …
    Il faut d’abord engager la Résistance à tout ce qui fait la destruction de la Terre. Quand on ne donne plus d’argent, il n’y a plus intérêt à poursuivre. Et vous serez libérés des chantages, menaces et dépossessions de vos biens.
    Et ne comptez pas sur le gouvernement actuel pour vous aider ! Ils sont payés pour vous soumettre aux multinationales.
    C’est votre avenir qui est en jeu, celui de vos enfants.
    C’est l’avenir de la France et du monde. » Clefsdufutur-22.07.2015-

    RépondreSupprimer