mardi 26 janvier 2016

Le Tribunal de Laval très sensibilisé sur la question du suicide des professionnels.



Le Tribunal de Laval très sensibilisé sur la question du suicide des professionnels.

Par Gérard Faure-Kapper

Monsieur le Président du Tribunal du Commerce a fait paraître un article dans le Courrier de la Mayenne sur le problème du suicide des professionnels. Je tiens, au nom des adhérents et sympathisants de l’APLOMB (association pour la légalité des opérations et mouvements bancaires), basée à Laval, à le remercier de sensibiliser ainsi l’opinion.

L’article recense et décrit les causes les plus évidentes. Certes, elles sont multiples et touchent autant la vie privée que la vie professionnelle.

Pour traiter ces causes multiples, les associations se sont spécialisées. Je pense notamment à Brigitte Vitale et son association Aide Entreprise.

L’APLOMB s’est cantonné à une activité de vérification. En effet, certains ont été ruinés par leur banque. Si le banquier a fait correctement son travail, en respectant scrupuleusement la réglementation, il ne peut être tenu pour responsable même si certaines décisions ont été dures à prendre.

Par contre, nous découvrons fréquemment des frais alourdissant de manière inconsidérée le coût des découverts. Prêter au-delà de 20% s’appelle de l’usure. C’est un délit sévèrement puni par la loi même si le fait est dépénalisé depuis août 2003.

Si un professionnels met fin à son existence, l’APLOMB sera à la disposition de la famille pour examiner toutes les opérations bancaires des dernières années et faire un rapport à ce sujet.

Si nous découvrons que des frais inconsidérés sont à l’origine de la déchéance et de la ruine de la personne, la banque rentrera dans une grosse zone de turbulence. Nos rapports sont très détaillés et apportent toutes les preuves nécessaires au tribunal.


Je sais que certains banquiers vont sourire, mais je leur conseille vivement de prendre notre avertissement avec le plus grand sérieux. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire