jeudi 25 février 2016

Comment les banques utilisent certaines associations de consommateurs pour cautionner leur racket ?


Par Gérard Faure-Kapper

Certaines soi-disant associations de protection des consommateurs ou des usagers de la banque, trouvaient anormal que les banques prélèvent des frais sans en avertir le consommateur.

Les banques leur ont donné satisfaction. « Oui mesdames messieurs des associations, vous avez raison, honte à nous les banquiers, dans un souci de transparence, d’informations du consommateur responsable solidaire et citoyen, nous allons désormais informer le client des frais que nous allons prendre. »

Cris de victoire chez ces associations qui s’en vont sévir dans d’autres domaines.

Cris plus feutrés chez les banquiers qui viennent, une fois de plus, de remporter une grande victoire contre leurs clients.


Voici ce qu’on gagné les associations agréées.

Il y avait les frais d’intervention qui alourdissent le coût des découverts.

Les associations obtiennent que la banque prévienne le client 5 jours avant.

Alors les banques facturent cette lettre, non pas 1€ mais 17€ en moyenne.

Elles se défendent en appuyant sur 2 points : c’est une obligation légale et c’est la liberté des prix.

Les associations se sont fait enfler une première fois par les banques. Bien sûr, elles ne le reconnaissent pas.

Alors elles reviennent à la charge.

Si vous prenez 17€, il faut prévenir le consommateur.

Oui oui, disent les banques unanimes,

Et elles en rajoutent une couche. Depuis le premier janvier 2016, elles facturent une nouvelle lettre, destinée à informer le consommateur qu’il va avoir des frais sur une seconde lettre.

Les associations se sont fait enfler une seconde fois. Elles ne le reconnaissent toujours pas.


Les banques leur offrent un nouveau cheval de bataille. Nous allons prendre au client 2,50€ par mois.

Mobilisation chez les associations de défense des usagers bancaires. Conférences de presse, saisie de je ne sais quelle commission, radios, télés, c’est la mobilisation générale pour 2,5€ par mois.

Quand je reconstitue les comptes d’un client, 2,50€, c’est pour certains, ce qui est pris… chaque heure.

Alors, je vais donner un conseil au président de cette association : Pour les 2,50€ par mois, il faut suggérer à la banque de prévenir le client avec une lettre… à 17€.


Bref.

Il y a 2 sortes d’associations :

Celles qui sont reçus par les banques pour s’asseoir autour de la table des négociations, participer à des commissions, rendre des rapports. Ainsi ces associations cautionneront le racket institutionnel des banques.

Et il y a l’APLOMB, composé de banquiers, d’experts et de techniciens. Leur défaut, c’est qu’ils savent se servir d’une calculette. L’APLOMB est craint par toutes les banques. C’est pour cela que le Crédit Mutuel a porté plainte contre son président. Il a été mis en examen, mais ensuite, le dossier a mystérieusement disparu.


Messieurs les banquiers, ne m’invitez jamais à m’asseoir avec vous autour d’une table de négociation. Je serais trop tenté de faire comme Stauffenberg.


1 commentaire:

  1. Dans une table ronde avec un banquier, il faut faire la quadrature du cercle pour trouver le nombre de coins à la table...

    RépondreSupprimer