vendredi 19 février 2016

Pourquoi INTRUM JUSTITIA et CREDIREC ont été condamnés par les Cours d'Appel de Nîmes et de Metz ?


Par Gérard Faure-Kapper



Nous analysons actuellement en détail deux condamnations de la Cour d'Appel de Nîmes à l'encontre de CREDIREC et celle de Metz d'INTRUM JUSTITIA.

Le motif principal porte sur les méthodes: harcèlement malgré l'absence de preuve.

Ces jugements datent de 5 ans.

Ce qui est étonnant, c'est que, malgré cela, ces deux organismes n'ont jamais changé leurs méthodes. La récidive est quotidienne, en toute impunité. 

Pourquoi ? Parce que personne ne porte plainte. C'est tout. Et tant qu'il en sera ainsi, ces organismes (et les autres qui agissent ainsi) pourront continuer de bafouer la loi.

Bien sûr, je n'incite pas à aller en justice, sinon les tribunaux seraient immédiatement paralysés, mais quelques lettres permettent de stopper ces méthodes si vous en êtes victimes.



Les principes de l'APLOMB en 4 points.


1°) Chacun doit payer ses dettes.

2°) Si quelqu'un conteste une dette, c'est son droit.

3°) Nous ne pouvons pas reprocher à un créancier de tenter une médiation amiable.

4°) Si la médiation échoue, seule un juge est habilité à arbitrer.


Si ces principes sont respectés, il ne peut y avoir aucun litige.



Seulement certains organismes passent outre ces principes de bon sens.

1°) Le créancier doit fournir la preuve de sa créance. Ce n'est presque jamais fait. Alors comment s'étonner que le débiteur refuse de payer les yeux bandés ?

2°) Dès lors, il est normal que le débiteur conteste la dette.

3°) Amiable, ça ne veut pas dire du harcèlement, des insultes, de l'intimidation et des menaces. Une transaction amiable c'est quoi ? Monsieur, vous me devez 10.000€. Réponse, non. Fin de la transaction amiable.

4°) Les huissiers et les cabinets de recouvrement ne sont ni médiateurs et encore moins juges, mais ils usurpent facilement ces fonctions.



Dans l'intérêt de tous, des citoyens ainsi que des professionnels, les règles énoncées par la loi doivent être respectées.


Si une banque peut mandater un cabinet de recouvrement aux fins de recouvrer une créance,

Le citoyen à le droit de mandater l'APLOMB afin de le guider pour vérifier cette créance.


C'est pourtant simple la vie.










5 commentaires:

  1. J'ai subit un harcèlement de la part d'intrum justitia, j'ai fini par craquer et leur donner mes coordonnées bancaires.
    Au bout de quelques mois, je ne pouvais assurer le prélèvement donc ce dernier a été refusé.
    Et Intrum justitia ne m'a plus jamais contacté...
    Véritable dettes ou pas? je ne saurais jamais...

    RépondreSupprimer
  2. dans quelques mois ou années, ils reviendrons à la charge avec le montant initial de votre "dette"et vu que vous avez payé une fois, ils réussiront à obtenir un titre exécutoire et vous flinguer à vue...merci Mr Macron!

    RépondreSupprimer
  3. Le problème est double. D'une part ces société de recouvrement ne peuvent fonctionner qu'en dehors des lois, mais que d'autre part, elles sont souvent piratés. Vous recevez un courrier d'huissier, l'huissier n'est même pas au courant. Vous payez un cabinet, l'argent disparaît. Quand des mafieux sont doublés par des voleurs et piratés par des truands...

    RépondreSupprimer
  4. Site pour la mise en place du fichier positif de crédit qui n'existe pas encore en France, ( pour cause de risque sur la croissance ) créant chaque année des suicides, merci de liker son facebook en lien, il y a la lettre pour attaquer les banques dans le pénal grace à la lettre de Dominique Michel du syndicat de lutte contre les banques =>

    http://stopausurendettement.free.fr

    RépondreSupprimer
  5. intrum justicia me reclame une mutuelle resilier en decembre et me demande de payer jusqu'a la vrai date de fin de contrat la somme correspond a la creance jusque decembre. Je refuse de payé et voila !
    j'attends qu'il me poursuive mais je suis certain que cela ne sera pas le cas !:)

    RépondreSupprimer