jeudi 21 avril 2016

Le Crédit Mutuel de Bretagne a de gros problèmes avec son service juridique



Par Gérard Faure-Kapper

Plus j'approfondis le dossier de Malestroit, plus je découvre, avec stupéfaction les énormes carences du service juridique du Crédit Mutuel.

Il faut rappeler que traditionnellement, un service juridique bancaire est totalement déconnecté des réalités et du travail quotidien en agence. Ils en ignorent tout.

Rappel des faits:

Le 13 janvier 2016, une Sociétaire de la Caisse de Malestroit assigne sa banque devant le tribunal de proximité.

Se basant sur une étude de l'APLOMB sur le coût de ses découverts, elle en demande le remboursement en invoquant un taux usuraire.

La banque reçoit l'étude, et ne trouve rien à redire.

Début avril 2016, Assemblée Générale de la Caisse de Malestroit. La Sociétaire n'est pas conviée. Conformément à son devoir de vigilance citoyenne, elle rédige un document sur le comportement de sa Caisse de Crédit Mutuel. Document très soft et informatif. elle le distribue devant le local.

Certes, ce débat aurait dû avoir lieu dans le cadre des discussions de l'Assemblée Générale car il intéresse tous les Sociétaires.

Profitant de la tension et des nouvelles possibilités offertes par l'état d'urgence, le directeur appelle les gendarmes pour faire arrêter cette Sociétaire qui ose s'exprimer. 

Ce qui est fait.

Je lance un premier article sur ce blog, puis un second.

Comme je compte le Crédit Mutuel dans mes fidèles lecteurs, ils constatent une chose incroyable: le Crédit Mutuel a oublié l'audience du 21 avril 2016 et n'a pas constitué d'avocat.

Il en dépêche une dans la précipitation. Elle demande immédiatement un report d'audience.

Ce matin, notre Sociétaire, régulièrement convoquée, se présente à l'audience.

Il y a un report au 1er septembre 2016. Le dossier étant jugé "trop technique" par la banque.

Trop technique ? Il s'agit de l'addition des frais liés aux découverts exprimée sous la forme d'un rapport proportionnel pour indiquer un taux.

C'est du niveau cours moyen 1ere année.

Mais pour le Crédit Mutuel de Bretagne, c'est trop technique.

Alors que cette banque mutualiste a la prétention de vous calculer votre retraite, d'optimiser votre fiscalité, d'étudier des montages financiers complexes mêlant  prêts in fine et placements assurance vie, de gérer votre patrimoine sur différents supports nécessitant des études approfondies des variation de la bourse de Tokyo par rapport à celle de Singapour dans le cadre des variations de Wall Street suite aux mouvements de la City.

Ce Crédit Mutuel de Bretagne qui prétend vous conseiller sur tous ces sujets et beaucoup d'autres encore plus complexes.

Ce même Crédit Mutuel de Bretagne demande 4 mois de délai pour vérifier une addition d'une vingtaine de chiffres identiques, et de tirer un rapport proportionnel montants-durées-coûts.

Dossier trop technique qu'ils disent.

Quand je pense qu'à la fin des années 80, c'est moi, en tant que formateur confédéral, qui ai formé le personnel dans une dizaine de Fédérations.

Je ne suis vraiment pas fier,





4 commentaires:

  1. Une excuse, même idiote, reste une excuse. Un revers de la main, très hautain. Et ça marche ! C'es dur

    RépondreSupprimer
  2. ce ne sera que reculer pour mieux sauter, espérons qu'ils ne puissent pas balader la justice encore longtemps.
    On est de tout coeur avec vous, on lâche rien !

    RépondreSupprimer
  3. peux-t-on récupérer des frais abusifs et la révision du TEG sur des prêts déjà remboursés et sur combien d'années en arrière ?
    par avance, merci

    RépondreSupprimer
  4. le juge ca l' emmerde de donner raison a un client

    RépondreSupprimer