jeudi 5 mai 2016

Murcef, frais d intervention, frais de gestion, plaintes libor: l'AFUB doit s'expliquer !



Par Gérard Faure-Kapper



Une lettre Murcef facturé 16€ reçue systématiquement avant chaque écriture. C'est le lot quotidien de beaucoup de particuliers et d'entreprises.

Les banques répondent, "c'est une obligation légale". D'accord, mais un envoi de lettre ne vous coûte que 1€. "C'est la liberté des prix" répondent les banques.

Et cette "obligation légale" permet aux banques de faire des bénéfices monstrueux sur le dos de leurs clients.

Cette loi MURCEF est pourtant passée "en accord avec les associations représentatives des consommateurs" dont l'AFUB.

Dans ces associations, il n'y avait personne capable d'extrapoler le comportement des banques. L'APLOMB n'existait pas encore.




Les commissions d'intervention, Autre hémorragie financière. 24 milliards par an substitués à l'économie française pour rejoindre les paradis fiscaux.

Ce combat pour le remboursement des clients, nous sommes en train de le gagner après une guerre de 7 ans. Et pourquoi une telle durée alors que la guerre n'aurait pu durer que 6 jours ?

Parce que nous sommes les seuls à défendre les lois des mathématiques, implacable pour constater le coût usuraire des découverts et le comportement délictueux des banques.

Nous avons contacté l'AFUB à l'époque. Fin de non recevoir. Ils ne se sont jamais intégré dans ce combat.

Par contre, voyant les banques en danger, cette association a tenté de "limiter" les frais à 80€ par mois pour les particuliers.

Cette tentative de légalisation des frais a échoué. "Au lieu d'être fusillé avec 12 balles, vous ne le serez qu'avec 6. C'est un progrès et ça va dans le bon sens." Voici ce qu'ils auraient pu répondre.

Et comme à chaque mesure impopulaire et scélérate, il y a toujours un volet pour favoriser les plus démunis. Pour ceux-ci, le plafond est inférieur. Je ne sais pas de combien, car personne n'y a droit.

Mais, si vous aviez passé qu'une seule journée dans une agence bancaire, vous sauriez comment sont traités les plus démunis.

"Bonjour Monsieur le Directeur de l'agence, je viens ouvrir un compte, je n'ai que très peu de revenus donc j'ai droit à un certain nombre d'avantages"

Quelle est la réponse de la banque: "Cher Monsieur, je crains que vous ne vous soyez trompé d'adresse, tenez, je vous raccompagne vers la sortie et je vous prie de croire, cher monsieur, en l'expression de mes civilités empressées.  Et maintenant... DEHORS !!!"

Alors, arrêtez votre cinéma en faisant croire que vous aidez les plus démunis. 

De plus, cette "limitation" a permis aux banques de se récupérer en multipliant les frais de lettres, qui ne sont pas limités.




Par contre, l'AFUB est monté au créneau début 2016 pour les frais de gestion. 

Les banques ont décidé de prélever chaque mois des "frais de gestion" d'un montant maxi de 2,5€ par mois je crois.

Alors l'AFUB a vivement réagit, tous les médias s'en sont fait l'écho. L'AFUB part en croisade contre ces frais iniques.

Si l'AFUB avait ne serais-ce qu'un peu d'expérience de la banque, et qu'elle écoutait un tout petit peu ses adhérents, elle saurait que dans certains cas, c'est 2,5€ qui sont prélevés chaque heure sur les comptes.

Mais ces frais là, on n'y touche pas.




Vient alors aujourd'hui l'affaire des "taux négatifs". En 2 mots, le taux de certains prêts immobiliers pour les frontaliers de la Suisse, étaient indexés sur un indice: le LIBOR CHF à 3 mois. Ça aurait pu être sur le kilo d'endives ou l'évolution de la courbe du chômage ou n'importe quoi d'autre.

L'indice devient négatif, donc le taux doit devenir négatif. Non, les banques refusent.

Depuis plus d'un an, l'APLOMB est présent sur ce sujet. Lettres aux banques, rendez-vous et rencontres sur le terrain, lettres aux médiateurs, etc. Notre avocate, Maître Katia Debay, citée dans le Monde, a mis sur pied une stratégie qui doit être gagnante. C'est un sujet extrêmement difficile qui mélange technique, droit et politique.

L'APLOMB n'a jamais sous-estimé la force de son adversaire, les banques.

Durant cette année, l'AFUB a été complètement absente sur le terrain, hormis certaines déclarations d'ordre général.

Aujourd'hui je lis dans la presse que " Depuis août 2015, l'AFUB (Association Française des Usagers des Banques) a déjà reçu 438 plaintes de particuliers qui reprochent aux banques de ne pas respecter la loi."

Et en plus, cette association va se substituer à la Justice. Comment cette association peut ainsi recevoir des plaintes ?

Si elle traite le sujet comme pour les commissions d'intervention, ce n'est pas demain que la Suisse rentrera dans l'Europe.



L'APLOMB demande à l'AFUB de s'expliquer sur ces différents points.

Je vais présenter une résolution au Conseil National de l'APLOMB pour accueillir les membres de l'AFUB et les considérer comme membre de l'APLOMB. Notre association pourra ainsi les aider efficacement dans leur combat.


"C'est pourquoi je convie tous les Français, où qu'ils se trouvent, à s'unir auprès de l'APLOMB dans l'action et dans l'espérance d'une victoire finale contre les banques."

www.aplombfrance.fr


4 commentaires:

  1. Exact Mr Kapper. Je ai moi même adhère à AFUB. Payé 65 €. Aucune réponse. Chez APLOMB avant même de avoir adhèrė je ai été rapellėe prise ën charge par vos services sociale...génial. je suis protégée grâce à votre assistante sociale, je mets de l argent de côté et je vais attaquer ma banque. ..grâce à APLOMB.
    Merci à vous à Mr POTTIER et à toute l' équipe. .
    Mme bondu.

    RépondreSupprimer
  2. L'AFUB ne s'occupe que des prêts Euribor.
    Les 438 plaintes ne sont pas au sujet du Libor CHF
    Il y a plus d'un an, elle a refusé de prendre en compte les demandes de soutien des frontaliers
    C'est bien connu que l'Est de la France, ce n'est pas la France donc on ne les intéressait pas !
    Au fait... Pour info, ce n'est pas parce qu'un indice est négatif, que le taux d'intérêt est lui aussi négatif !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison, ce n'est pas parce qu'un indice est négatif que le taux est négatif, SAUF si l'évolution du taux est indexé sur cet indice.
      Quant aux 438 plaintes, je suis curieux de savoir comment l'AFUB va les traiter. Elle n'est pas habilité à faire des actions de groupe.
      Elle a refusé de prendre en compte le problème des frontaliers tout simplement parce que les banques lui ont interdit.
      Je leur souhaite quand même bon courage pour instruire les 438 plaintes (présumées). Il faut que l'AFUB contacte chaque client, réunisse les pièces, expertise les dossiers en faisant un rapport circonstancié, rédigent les assignations, gère les demandes aux agences, traite les réponses, rédige les demandes aux médiateurs, gère les réponses, rédige les assignations, les soumette aux différents tribunaux, réponde aux conclusions des avocats, etc, etc...
      Pour 438 dossiers, il faut une bonne équipe de professionnels... ce que l'AFUB n'a pas.
      Alors, il reste un voyage à Lourdes ou à la Mecque, ou encore glisser la liste des plaignants dans les interstices du mur des lamentations.

      Supprimer
  3. Mon prêt est indexé sur le Libor CHF 3 mois.
    Malgré un indice négatif important, mon taux d'intérêt serait encore positif si mon contrat était respecté.
    Il y a peu mais il y a quand même quelques personnes dont le taux d'intérêt serait alors négatif.
    Elles ne sont pas légion.
    La très grande majorité resterait positive même si de pas grand chose.
    De toute façon, nous restons très peu avec un prêt variable indexé sur le Libor CHF.
    Les banques ayant proposé à leurs clients de passer sous un taux fixe voire de changer le CHF pour de l'€.
    Il y a peu de monde à se battre encore pour faire reconnaitre et appliquer strictement les contrats.

    RépondreSupprimer