mardi 9 août 2016

Bravo à l'AFUB, les médiateurs qu'ils ont introduits dans la loi ne peuvent mener aucune médiation


Par Gérard Faure-Kapper

Nous avons lancé une vague de réclamation auprès des médiateurs de la banque.

Le médiateur, fonction résultant de l'imagination fertile de l'AFUB dont ils sont si fiers.

Ils ne manquent d'ailleurs jamais une occasion de rappeler que c'est grâce à eux que cette fonction existe.

Seulement, ils ont rajouté tellement de conditions pour y accéder, notamment des conditions croisées, que les médiateurs sont une arme supplémentaire utilisée par la banque contre ses clients.

De toute façon, les médiateurs sont tous des juristes, donc incapables d'établir des faits et donc de comprendre les problèmes.


Ce n'est pas grave, car ils ne peuvent traiter aucune demande.

Condition n°1: il faut d'abord avoir une réponse négative de l'agence.

Conditions n°2: il faut ensuite avoir une réponse négative du service clientèle. 

Condition n°3: il ne faut pas que le litige porte sur les conditions générales de fonctionnement, sur la grille tarifaire, sur les accords de crédit, sur les autorisations de découvert, sur les prix des services, sur les conditions d'ouverture de l'agence, sur la délivrance des moyens de paiement, sur les litiges nés d'une fraude, etc.

Condition n°4: il ne faut pas qu'une action judiciaire soit en cours.

Condition n°5: les termes de la médiations doivent rester rigoureusement secrets.


Si par miracle, vous passez entre les mailles du filet, la condition finale: il ne faut pas que le litige existe depuis plus d'un an.

Ceci va exclure définitivement tous recours à la médiation pour les questions de coût des découverts et des pratiques usuraires.


C'est donc auprès de la justice que nous allons nous tourner.


Et les médiateurs dans tout cela ? Ils ne servent à rien, sinon essayer de prouver que

"Les pouvoirs publics se préoccupent de la situation des clients, et ont créé les médiateurs pour apporter une solution immédiate aux problèmes pouvant naître des relations bancaires."

Ah, j'oubliais un point primordial.

"Ce poste a été créé en concertation et en accord avec les principales associations représentatives des consommateurs et des usagers de la banque afin d'aider les plus fragiles d'entre nous."


On peut rêver. Imaginons qu'un médiateur donne un avis allant dans le sens du consommateur.

Que se passe-t-il alors ?

Il est prévu dans la charte de la médiation, que la banque n'est absolument pas obligée de donner une suite.



Le véritable objectif de l'existence des médiateurs, c'est de donner un répit de quatre mois à la banque. Ce délai lui permet de fermer le compte et de passer tous les crédits au contentieux.

Et donc le client peut être achevé en toute tranquillité.









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire