jeudi 11 août 2016

La Banque Populaire change de tactique... et s'enfonce irrémédiablement dans le mensonge.




Par Gérard Faure-Kapper

C'est la Banque Populaire de l'Ouest qui a été choisie pour le lancement de notre première action collective.

Première raison, la demande des clients est très forte.

Seconde raison, le personnel est incapable de défendre sa  banque et de trouver les arguments pour contrer l'APLOMB. Il est vrai qu'il est difficile d'arrêter un rouleau compresseur.

Suite à la réclamation d'un client pour ses frais d'intervention, nous avons reçu en juillet une réponse surréaliste d'un responsable de je ne sais quoi mais qui semble être salarié de cette banque présumée.

J'ai alors écrit au Directeur Général, en gros pour lui conseiller de changer de stratégie car il court à sa perte devant le tribunal. Voyez comme je suis gentil.

Voici la lettre:

http://antibanque.blogspot.co.uk/2016/07/main-tendue-de-laplomb-la-banque.html


Le Directeur Général a tenu compte de mes remarques et a changé radicalement de ligne de défense.

La stratégie de la Banque Populaire de l'Ouest est donc d'employer des grands mots: jurisprudence, définition légale, nouvelles réglementation, de même citer des dates, afin de rendre plus crédible des affirmations fantaisistes.

Nous venons donc de recevoir cette réponse qui dit notamment:




"Par ailleurs, les commissions d'intervention font l'objet d'une définition légale depuis le 26 juillet 2013 qui est la suivante: "les commissions perçues par un établissement de crédit à raison du traitement des irrégularités de fonctionnement d'un comptes bancaire."

Problème, la loi du 26 juillet 2013 ne donne aucune définition légale de la commission d'intervention. C'est un mensonge.

Et la signataire de la lettre de s'enfoncer encore plus:

"La commission d'intervention est facturée quel que soit le sort réservé à l'incident."

Cette brave personne faisait sans doute allusion à un arrêt de cassation du 8 juillet 2014, soit un an plus tard. Celui-ci concernait la Varin Bernier de Nancy.

Ce n'est pas applicable à la Banque Populaire de l'Ouest qui ne prend pas de commissions d'intervention en cas de refus,

Ni directement sur le compte,

Ni dans un forfait de frais de refus.

Ce n'est pas en s'enfonçant encore plus dans les sables mouvants de leur incompétence, que la Banque Populaire de l'Ouest va pouvoir contrer la charge de l'APLOMB au tribunal.

De plus, l'avocat de la Banque Populaire fera probablement des conclusions en totale contradiction avec ce courrier.

C'est pour cette raison que nous allons gagner devant le tribunal.







2 commentaires:

  1. bonjours LES COMMISSIONS D INTERVENTIONS UNE FOIS QUE LA BANQUE A PRIS SA COMMISSIONS SUR UN PRÉLÈVEMENT A T IL LE DROIT DE REJETER APRÈS ET PRENDRE ENCORE DES FRAIS DE REJET MERCI DE ME RÉPONDRE Fred

    RépondreSupprimer