lundi 19 décembre 2016

Une saisie stoppée, un prêt de 900.000 € au taux légal, etc. Plus rien n'arrête Maître DEBAY



Par Gérard Faure-Kapper


C'est un jugement de la Cour d'Appel qui vient de tomber ce matin.

Dossier très complexe impliquant le Crédit Agricole au sujet de prêts immobiliers.

La procédure de saisie de la maison était lancée. La banque réclamait plus de 945.000€.

La saisie et la vente forcée était sur la base d'une mise à prix de 200.000€.



Que restait-il à ce couple ? L'assurance de travailler jusqu'à la mort pour rembourser le reste. Il n'auraient disposé pour vivre que du minimum légal.

Soit, la ruine complète.



Katia DEBAY a été saisie. 


Elle a d'abord fait appel à notre expert partenaire, Jean Claude JOUFFREY. Nous travaillons ensemble tous les 3 depuis plusieurs années. C'est sur la base de ses rapports que nous avons déjà gagné de nombreuses victoires.


A l'appui du rapport de Jean Claude, et selon la méthode de travail bien au point de Katia, que l'on peut résumer dans la formule VENI VIDI VICI, elle a complètement retourné la situation en Cour d'Appel.



De nombreuses anomalies affectaient ce prêt, et notamment un calcul des intérêts sur la base de 360 jours au lieu de 365.

Une stratégie sans faille, une tactique éprouvée, un montage minutieux du dossier ne laissant aucune porte de sortie à la banque. recherches, vérifications, contrôles, étude de l'adversaire, précision des accusations, et j'en passe.

Une méthodologie gagnante.

Et Katia a gagné une fois de plus.

Toutes les procédures sont stoppées, et le Crédit Agricole doit recalculer tous les intérêts au taux légal, depuis 2006. Sur plus de 800.000€, ça déménage.





2 commentaires:

  1. bravo pour votre courage à mettre la vérité au service des gens moutons qui n'ont pas compris tout cela franchement je suis en admiration devant cette volonté à vouloir toujours que tout soit corrigé et mis en lumière et un grand merci pour tout ce que vous faites pour nous tous joyeuses fêtes laurence

    RépondreSupprimer
  2. Bravo Bravo ,Je trouve pas les mots pour votre implication quand a ce genre de dossier.
    respect Madame

    RépondreSupprimer