lundi 20 février 2017

Les vacances de l'employée de banque deviennent un motif de report d'audience



Par Gérard Faure-Kapper


Suite de l'affaire concernant la Banque Populaire. La chute est encore plus effroyable.

http://antibanque.blogspot.co.uk/2017/02/la-banque-populaire-declare-mepriser.html

Dans cette affaire opposant la Banque Populaire Val de France à une de ses victime... pardon, une de ses clientes, nous avons assisté, la semaine dernière à une audience surréaliste devant le conciliateur de justice.

La salariée de la Banque Populaire avait déclaré son refus de discuter.


Elle avait également prévenu que l'audience fixée le 20 février 2017 au matin, serait reportée car Madame part en vacances (dans les banques, on a le temps et les moyens).


Quand un report d'audience est demandé au juge, c'est pour une raison précise: conclusions reçues trop tard, changement d'avocat, ou tout événement lié au dossier et faisant que celui-ci n'est pas en état d'être jugé.

En tout cas, c'est à la juge de décider de la validité de la demande.

La cliente s'est donc présenté ce matin au tribunal de proximité de Mantes la Jolie.

Absence de la représentant de la Banque Populaire Val de France.


La juge a déclaré qu'elle reportait l'audience, obéissant ainsi aux souhaits de la Banque Populaire Val de France.


Protestation de la cliente qui en demandait le motif.

Indisponibilité de la représentante de la banque.


Ainsi, pour la première fois à ma connaissance, une juge reporte une audience car la représentante de la banque se prélasse en vacances.


Et ce n'est pas tout. Normalement un report est fait pour la prochaine séance, c'est à dire 3 semaine en moyenne après.

Non, c'est le 24 avril, soit plus de 2 mois.

Et en plein dans les prochaines vacances scolaires.


Cette décision est une grande première. On reporte une audience au motif que la partie adverse prend des vacances.

A l'APLOMB, je n'ai jamais attaqué la justice ni les juges, jamais.

Je demande à l'institution judiciaire, si elle veut conserver sa crédibilité, de condamner ce type de comportement préjudiciable à toute une profession. Car j'ai la preuve de la connivence entre une banque et un juge.


Bien sûr, le tribunal peut m'attaquer pour mes propos. Eh bien qu'il le fasse, et qu'il me condamne lourdement. C'est en tout cas ce que souhaitent les banques.


Je vous rappelle une citation de Louis Antoine de St Just:

"Je méprise cette poussière qui me compose et qui me parle. On peut la persécuter et la faire mourir cette poussière, mais jamais on ne m'arrachera cette vie indépendante que je me suis donné dans les siècles et dans les cieux"


Une dernière remarque. Puisque le tribunal de Mantes la Jolie tient compte des absences des employés de banque, alors plus aucune audience ne sera possible:


En juillet et en août,

15 jours en février, 

15 jours à Paques,

15 jours à la Toussaint,

15 jours à Noël,

Tout le mois de mai à cause des ponts,

Chaque vendredi à cause des départs en week-end

Chaque lundi à cause des retours de week-end

Chaque mercredi à cause de la garde des enfants

Quant aux mardi et jeudi, une fois sur deux à cause des RTT.













2 commentaires:

  1. Après le vol des banques,l'injustice scandaleuse de certains juges au "service du capital".Des lors rien de troublant d'être traité de lâche par le président HOLLANDE.

    RépondreSupprimer