mercredi 17 mai 2017

Commissions d'intervention: la DGCCRF s'en mêle. Les banques sont acculées.


Par Gérard Faure-Kapper.

Nous avons été contactés par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes avec qui nous avons eu une très longue et fructueuse conversation.

Nous les avons informés de notre structure, mais surtout de la question des commissions d'intervention.

Ils m'ont informé que les signalements des banques sont fréquents, mais que souvent cela reste sans suite. En effet, ce sont les avocats des banques qui éteignent l'incendie.

Le sujet étant surtout technique et non juridique la DGCCRF n'a pas forcément tous les éléments et les clients plaignants ne sont pas toujours à même de leur apporter.

Tout change.

Fort de nos actions de nos jurisprudence et notamment de la nouvelle à la Cour d'Appel de Paris, nous amenons des éléments concrets et décisifs.

Nous avons prévus avec la DGCCRF, une réunion fin mai afin de coordonner nos actions.

Nous pouvons envisager notamment que chaque client victime des agissements usuraires de la banque, nous saisisse, puis, avec l'étude, saisisse la DGCCRF. Le tout étant présenté au juge pour arbitrage.


Les commissions d'intervention, c'est 80 milliards de prélevés sur les 5 dernières années.

Les commissions d'intervention non calculés par les banques leur permettent de pratiquer des TEG à souvent plus de 50%.


Nous arrivons en vue de notre but ultime: suppression des commissions d'intervention et remboursement des 80 milliards aux clients.

Ce n'est plus une utopie.


Je vous prête 100€. Je vous facture 8€ pour avoir étudié votre demande.

Combien vous a coûté ce prêt de 100€ ?

8€ dira n'importe quelle personne normale.

0€ dira le banquier, car ces 8€, je vous les aurais pris quand même, même si j'avais refusé le prêt.

C'est l'argument le plus énorme que lui puisse avancer devant un juge. On est à la limite de l'outrage à magistrat.


5 commentaires:

  1. La Caisse d'Epargne m'a piqué 2 fois les mêmes frais, 2 mois de suite pour les mêmes rejets pour un global 119,60 € + 2x8,80€ de frais mensuels alors que je ne touche qu'une retraite de 534 €! Ils ont même réussi, ainsi, à me mettre en dépassement de découvert, me bloquer ma carte dès que de l'argent est arrivé et m'empêcher de faire un virement pour me piquer les 80€ de positif restants après virement de ma retraite! Les quitter...ça c'est sûr! Selon les infos du jour, je serais très heureux de déposer plainte devant la Direction Départementale de la Concurrence et des Prix. J'ai appelé la Banque de France. Une opératrice a pris ma requête très au sérieux, mais lorsqu'elle m'a eu passé une "responsable de litige", cette dernière s'est empressé d'ouvrir le parapluie de la banque avec ses conditions générales! Je lui ai clairement dit que cela s'appelle de l'escroquerie en bande organisée!
    http://www.blogliberte.com/blog-2480-#caisse-depargne-tondeuse-a-gentils-moutons-ecureuils.html

    RépondreSupprimer
  2. Et que pensez-vous de la pratique du même Crédit Mutuel qui ponctionne 100€ de commission d'intervention / trimestre sur un compte associatif pour motif d'inactivité ? (c'est vrai que l'absence d'opération doit appeler un gros temps de travail à la banque...)

    RépondreSupprimer
  3. Pas mieux avec la Banque Postale
    Retraite de 1100 € tous les mois plus de 150 € de frais car je n'arrive plus a éponger le découvert (non autorisé mais que la banque creuse quand meme) je ne suis plus interdit de chéquier à la banque de France mais la Banque Postalem"a interdit de carnet de chèque pendant 1 an pour m'empêcher d'aller ailleurs !!!

    RépondreSupprimer