vendredi 8 juin 2018

L'offensive générale contre la Banque Populaire de l'Ouest a été lancée.


Par Gérard Faure-Kapper

Le système bancaire français ne peut être attaqué de front. Il est trop fort et trop puissant.

Par contre, ce système n'est ni uni, ni solidaire.

Pour faire simple:

D'un côté les grandes commerciales (BNP, Générale, HSBC, etc)

A côté, les mutualistes (Banque Populaire, Crédit Mutuel, Crédit Agricole, ARKEA)

Chacune des mutualistes est divisé en Fédérations et occupent des territoires.

Et se livrent une guerre sans merci.

Prenez la Bretagne par exemple.

La Banque Populaire de l'Ouest cohabite avec ARKEA. C'est dans cette dernière que ce trouve ses futurs clients potentiels.

D'autre part, ARKEA est en guerre ouverte contre la Confédération du Crédit Mutuel.

Et le Crédit Agricole reste en embuscade.

ARKEA a un énorme point faible, la plupart de ses présidents de Caisse ont été élus en violation des statuts (manipulation des pouvoirs), ce qui rend aléatoire la validité de leurs contrats de prêts.



L'APLOMB applique la même stratégie qu'a utilisée Napoléon lors de la campagne de France de l'hivers 1814, et la même tactique que Bertrand Du Guesclin, le Dogue Noir de Brocéliande, durant la guerre de cent ans, selon les préceptes de Sun Tzu.

A savoir, n'attaquer qu'un ennemi à la fois, le plus vulnérable, puis utiliser les rivalités entre les banques pour utiliser leurs forces.

La Banque Populaire de Bretagne est notre cible. Ce sont les dossiers les plus nombreux en Mayenne, et les infractions concernant les commissions d'intervention et les lettres MURCEF sont flagrantes.

De plus, leurs défenses sont insignifiantes, je pense à la lettre qu'ils adressent à leurs clients. Il y a des propos dans cette lettre que nous retournerons contre eux.

Nous avons donc demandé à nos clients concernés, de saisir le conciliateur de justice à Rennes. Devant la clarté et l'évidence de nos demandes, il ne pourra qu'aller dans notre sens.

Et si la banque, malgré ça, résiste toujours, alors elle sera achevée par le juge.


Pour l'APLOMB, le seul objectif, c'est de réussir son opération de Relance Economique Populaire consistant à obrtenir un maximum de remboursements sur un tribunal donné. 

Les remboursements ainsi obtenus par les particuliers et professionnels seront une manne propice à une relance économique.

Ceci intéresse déjà certains politiques locaux qui nous soutiennent.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire