lundi 9 juillet 2018

Le ministre veut plafonner les frais bancaires. Les associations applaudissent !


Par Gérard Faure-Kapper


Non, je n'ai pas ressorti un vieil article de 2013, c'est Challenges qui vient de le publier.

Et il rajoute: dans le cadre du plan pauvreté pour les foyers modestes.

Dans leur immense naïveté, toutes les association applaudissent des deux mains. "Vous voyez, nous avons obtenu quelque chose."


Et puis, comme chaque fois, ce sont les autres clients qui vont voir leur facture augmenter.


L'article se réfère à la fameuse enquête de 60 millions de consommateurs comme quoi les frais représentent une moyenne de 296€ par an.

296€ par an ? Mais tous mes clients signent. En fait, c'est ce montant, mais mensuel.



Pour faire passer une mesure qui permettra aux banques de ponctionner encore plus, il faut 2 éléments.

1- C'est en faveur des plus modestes
2- C'est avec l'accord des associations représentatives.


Je ne reviendrai pas sur la loi MURCEF, responsable de toutes les ruines.


Le problème est le suivant:

Les dirigeants des associations sont, au mieux des juristes, au pire des clients.

Ils partent du principe:

Si c'est la loi, les banques vont l'appliquer.


Mais la loi, surtout dans les banques mutualistes, les employés l'ignorent parfaitement.

Le principe: On fait ce que l'on veut. S'il y a des plaintes, alors on remboursera, mais ça ne devrait pas représenter plus de 2 ou 3 %


Les sevices juridiques ne sont pas la pour dire à leur Direction ce qui est légal, mais pour légaliser ce que les Directions décident.


Je vais plus loin.


Les avocats qui devraient vous défendre, partent du même principe. (Sauf une, celle avec qui je collabore.)

Les experts judiciaires sont souvent des experts comptables, à des années lumières des pratiques des agence.

Les expert en général ne comprennent rien car ils ne saisissent pas la logique des agences (sauf un).

Les juges sont noyés sous les arguments fallacieux des avocats des banques.



Comment choisir un bon avocat:

Un seul moyen: demandez lui son tableau de chasse, et vous vous rendrez compte qu'il n'y a aucune réussite probante.

Demandez lui avec quel expert il travaille. En général, il en prend un au hasard, mais qui a le titre d'expert judiciaire. Son tableau de chasse est souvent vide.



Comment choisir une bonne association:

Si l'association existe, c'est qu'elle n'a aucune efficacité contre les banques sinon, elle serait déjà dissoute.



Aujourd'hui, la clé, ce sont les conciliateurs de justice, mais il faut vous faire accompagner par l'expert, sinon vous perdez votre temps.



Le pôle de compétence formé par Maître Katia Debay, avocate, et Gérard Faure-Kapper, expert, alignent déjà 50 victoires contre les banques.  

Ce score est, à notre connaissance et de très loin, le meilleur de France.


C'est un fait.


Alors, si vous voulez avoir un maximum de chances de gagner, contactez-nous.

Sinon, allez voir les autres.

C'est vous qui voyez.



www.aplombfrance.fr














Aucun commentaire:

Publier un commentaire