mardi 20 août 2019

Pourquoi créer votre entreprise en Angleterre ?





Pourquoi créer votre entreprise en Angleterre ?


Créer votre entreprise en Angleterre est une alternative très intéressante pour gérer votre activité. Cela permet notamment de diminuer vos coûts, augmenter vos marges, dégager du temps.

Selon vos objectifs, cette entreprise peut être principale, secondaire ou en doublon avec votre entreprise française.

D’une manière générale, les petites et moyennes entreprises françaises sont viables. Elles reposent sur l’extraordinaire capacité de travail et d’abnégation de leurs dirigeants.

Par contre, leurs résultats sont plombés par des facteurs extérieurs, notamment les tracasseries administratives, les réglementations, les charges sociales et fiscales, les impôts et taxes et surtout le comportement non professionnel de la plupart des banques.

Tout ceci provoquant un manque de trésorerie chronique.



Une solution existe, l’Angleterre du Brexit.


Vous ouvrez une seconde entreprise au Royaume Uni tout en restant en France.

Le fonctionnement d’une Limited est très simple. Les bénéfices sont imposés aujourd’hui à 20% mais ce taux est susceptible d’être abaissé d’ici quelques mois. La TVA ne se déclenche qu’à partir d’un seuil correspondant à 95.000€.

Le capital est libre, et ne doit être libéré qu’à hauteur de 10%. Il n’est pas nécessaire d’indiquer votre activité. Et bien d’autres avantages.


Résultat, une rentabilité plus élevé qui vous permet de bénéficier et de vivre du fruit de votre travail.



Les éléments ci-dessus sont des généralités.
Chaque situation est unique
 et nécessite un examen particulier.
Vous voulez plus d’informations, des précisions concernant votre activité propre, une étude personnalisée ?
Appelez le 06 08 85 35 47


vendredi 9 août 2019

La cour de cassation change les lois des mathématiques


La cour de cassation change les lois des mathématiques.


Cour de cassation VS Pythagore et Euclide.

Le tribunal du commerce de Saint Etienne, le 24 juillet 2019, vient de rendre un jugement en faveur d’une banque.

Pour ceci, il s’est référé à un incroyable arrêt de cassation qui remet en cause les lois des mathématiques.

Il s’agit d’une question de calcul du taux effectif global d’intérêts.

L’analyste, rompu à cet exercice, a utilisé la méthode Hambourgeoise permettant de vérifier la véracité d’un TEG.

(Capital * TEG /100)/(365*nombre de jour) = montant des intérêts.

Le nombre de jour de chaque période étant calculé en fonction des dates de valeur.

Une erreur dans ces dates affecte le nombre de jours.

La seule variable de l’équation étant le TEG, celui-ci sera automatiquement affecté.


C’était les anciennes règles des mathématiques. « La cour de cassation, juge de façon constante qu’une éventuelle erreur liée aux dates de valeur n’a aucun impact sur l’exactitude du TEG. »


Les banques ont bondi sur cette jurisprudence qu’elles utilisent allègrement dans les jugements contre leurs clients. (j’ai deux affaires sous les yeux avec cette référence à la cassation).

Cette aberration mathématique qui aurait value un zéro pointé à un candidat au brevet des collèges, cette aberration mathématique est devenue loi pour les tribunaux de commerce.


Il faudrait soumettre la loi universelle de la gravitation formulée par Newton à la cour de cassation. Elle serait immédiatement contredite.

Et les pommes à terre retourneraient dans le pommier.


(Pour ceux qui ont du mal à me croire, demandez moi le jugement concerné sur « gerard.kapper@gmail.com » je vous l’adresse immédiatement )