dimanche 8 janvier 2012

Le vote des étrangers ?… ma foi !…


Il est un problème qui semble très urgent à résoudre pour la gauche, il s’agit du vote des étrangers « non communautaires ». Ce débat m’étonne car je n’en saisis pas vraiment l’importance. Enfin, je peux me tromper.

D’un point de vue strictement économique, oui, on peut être pour. En effet, organiser un scrutin est très onéreux et les Français ne se déplacent plus. Pour un référendum ou une élection européenne, 6 électeurs sur 10 vont s’abstenir. Résultat, des bureaux de vote vides, le personnel de la mairie qui tape le carton et des résultats qui ne représentent en rien la véritable opinion.

Alors, pour amortir les coûts, donner aux étrangers le droit de remplacer les Français est assez logique.

Ensuite, on va limiter ce vote aux élections locales. Pourquoi diable ? Ils pourront élire un maire mais ne seront pas invités pour un député ? Ca n’a pas de sens. A moins que l’on considère le rôle du député comme dérisoire.

Dans l’absolu, ce n’est pas faux, car un député vote comme son groupe parlementaire. S’il est dans la majorité, il aura raison, s’il est dans l’opposition, il aura tort. Depuis plus de 50 ans de Vème république, combien de lois sont passées quand le député était dans l’opposition ? Peanuts.

Je résume. Au lieu de voter pour un demi millier de députés regroupés dans des groupes parlementaires, on ne pourrait voter que pour un député par groupe.

De plus, comme les groupes parlementaires de l’opposition font tapisserie, on n'a qu'à envoyer qu’un député représentant la majorité. Et puis pourquoi l’envoyer, puisqu’il votera comme le Président.

Reste l’élection du Président. Si l’on admet qu’un étranger va voter pour un conseil municipal, qui a très peu de pouvoirs puisqu’encadré de partout, par les textes, les conseils généraux et régionaux, l’argent, son parti, etc. Pourquoi tant de bruit pour choisir ces gens.

J’en reviens à mes étrangers. Cela ne concerne que les vrais étrangers, pas les faux, c’est à dire les étrangers communautaires. Aux non communautaires on reproche déjà leur communautarisme, et si en plus ils sont communistes, l’affaire se complique.

Il faut qu’ils soient depuis 10 ans en France. Ah bon, mais que se passe-t-il la dixième année ? Ils sont touchés par la grâce divine ou républicaine ? Avant, ils ne sont pas vraiment Français ? Bref, pour un étranger non communautaire, il y a une mise en quarantaine de 10 ans. Le temps qu’il passe du thé à la menthe au pinard.

Par contre, un étranger communautaire va voter dès son arrivée en France. Pourquoi cette discrimination. De plus, il ne parle souvent pas le Français, ou un Français étranger. On va me répondre, c’est une directive européenne. Soit, mais alors pourquoi les élections qui sont le plus boycottées sont justement les élections… européennes. Les Français se foutraient-ils de l’Europe ? Non car elle donne le droit de vote aux étrangers communautaires, notamment issus du bloc… communiste.

Pour conclure, la gauche n’a donc rien d’autre à faire et à proposer au Français… mais lesquels au fait ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire