jeudi 8 novembre 2012

La BNP accepte spontanément d'annuler les intérêts d'un emprunt.


Par Gérard Faure-Kapper

Au départ une affaire classique d'arnaque immobilière. La cible, une jeune infirmière.

Le commercial d'un cabinet d'investissement immobilier vient lui rendre visite.

Achat d'un appartement dont les mensualités seront payées par les locataires qu'ils vont trouver eux-mêmes.

Un prêt englobant l'achat de 72.000€, les 6.800€ de commission de l'intermédiaire, les frais de notaire et d'hypothèque, 5.900€ arrondis à 8.300€ et le reste soit 88.700€.

Evidemment rien ne marche comme prévu, comme rêvé devrais-je dire.

Je passe sur les détails: Revente à perte et une somme de 41.200€ reste à sa charge.

Plus d'appartement et 20 ans à payer le solde.

Et la banque là-dedans ? Elle a marché à fond avec le cabinet de placement. Sans avoir jamais rencontré la cliente et sans la connaître, la BNP accepte de financer l'intégralité, sans aucune marge de sécurité.

Aucun banquier normal (s'il y en a) n'aurait accepté un tel financement.

La BNP a accepté.

Ça peut se comprendre, ils jouent sur du velours.

Ils savent très bien que l'appartement ne sera pas loué aux conditions prévues, ils savent que les charges vont augmenter pour la cliente jusqu'à la rupture.

Dès lors, l'appartement sera revendu, la banque se servira. Et puis il restera le solde à la charge de la malheureuse.

L'avocate de l'APLOMB a pris en charge ce dossier. L'artillerie lourde dès le départ.

Nous avons reçu les conclusions de l'avocate de la BNP.

D'entrée ils renoncent à tous les intérêts et refont les calculs au taux légal.

Nous passons de 41.000€ à 29.000€.

Je passe sur les autres éléments de la défense qui font transparaître une incompétence inquiétante pour un tel établissement.

Notre position par rapport à ce dossier, c'est simple. l'APLOMB est fidèle a deux principes fondateurs: on ne négocie jamais et on ne lâche jamais.  Seule la loi compte.

www.aplombfrance.fr

1 commentaire:

  1. L'incompétence fait rage.
    En 2005 j'ai emprunté pour acheter un petit appartement. Lors de la signature chez le notaire, nous nous somme aperçu que l'agent(e) qui s'occupait de mon dossier avait daté le début du remboursement en 2020 (soit un remboursement sur 15 ans de 2020 à 2035). Heureusement pour l'agent(e) et pour la banque que le notaire et moi même avions été honnêtes. Mais franchement après le sauvetage de 2008 avec nos impôts, je me demande s'il fallait être honnête.

    RépondreSupprimer