jeudi 28 novembre 2013

En votant contre le budget 2014, le Sénat isole les 320 députés ayant voté en faveur des banques.


Par Gérard Faure-Kapper

Le Sénat a rejeté, en première lecture, le budget 2014.

Ainsi, les sénateurs isolent les 320 députés qui ont approuvé ce texte et surtout l'article 60.

C'est cet article qui absout les banques en validant l'ensemble des contrats signés, y compris les emprunts toxiques qui plombent l'économie pour longtemps en faveur des banques.

Avec ce texte, non seulement les 320 députés estiment que tout est parfait, mais de fait retirent toutes possibilités de demander l'arbitrage de la justice.

C'est le retour du principe des privilèges qu'ont votés les ci-devant représentants du peuple.

Heureusement, le Sénat n'a pas voulu marcher dans cette combine, car s'en est une. Il semble que les lobbys bancaires n'ont pas la même influence au Palais du Luxembourg.

En contredisant les députés et donc le gouvernement, les sénateurs prêtent main forte au Président de la République. Nous savons tous son attachement à lutter contre le système financier, ennemi sans visage.

Pourtant, à la lumière de ces manœuvres, la finance européenne a un visage: Moscovici.

1 commentaire:

  1. Bonjour.Voilà comment une loi va faire gagner de l'argent aux banques !! J'ai eu le 26 nov deux prélèvements de 9,30 euros chaqu'un pour" mise en place de prélèvement récurrent".Explications de ma banque: c'est une nouvelle loi qui oblige les organismes a modifier leur numéro de comptes (IBAN je suppose)mais cela vous sera recrédité..Quand ? ils ne savent pas!!! Dans qqes semaines ou qqes mois nous aurons oubliés,et la banque aura facturé les frais de la premiére mise en place et les frais de la deuxiéme mise en place qui en fait est le même prélevement et le même organisme.Sacré benef pour nos chers banquiers !!

    RépondreSupprimer