lundi 28 décembre 2015

Nouvelles facturations bancaires: une diversion pour détourner les associations du vrai problème.


Par Gérard Faure-Kapper

2016, les banques vont facturer des frais de gestion. Horreur, malheur, cette fois c'est la guerre, tous aux abris, les banquiers ont franchi un nouveau pas. Déjà l'AFUB va saisir l'autorité de la concurrence (tu parles d'une autorité). Choisir sa banque monte au créneau. Que Choisir va certainement suivre... Mayday, mayday !!!

L'APLOMB reste calme et ne se fait pas troubler par cette diversion destinée à mobiliser les consommateurs dans une impasse. Notre association ne sera jamais un catalyseur de mécontentement. Nous sommes une pierre qui respire. Nous ne chassons pas à courre mais à l'affut.

D'abord, quels sont les faits. D'après mes informations, les banques vont prélever 30€ par an pour la tenue du compte.

Et ce sont ces 30 petits €uros annuels qui donnent des vapeurs aux défenseurs patentés des pauvres et des opprimés.

Par contre ces 30€ vont démobiliser les associations sur les autres frais.

C'est une diversion.

L'APLOMB n'a jamais vraiment critiqué les grilles tarifaires. le problème n'est pas là.

Le vrais problème, ce sont les frais qui, comme les petits pains et les poissons, se multiplient. Et là, il n'y a pas de miracle. C'est bien l'action humaine qui en est à l'origine.

Commissions d'intervention: 80€ par mois soit 960€ par an.

Frais de refus: 20 à 50€ par opération sans limite.

Lettre MURCEF (merci l'AFUB)  18€ par opération sans limitation.

Et aucune association ne va se battre sur ce terrain.

Pourtant les frais d'intervention alourdissent le coût des découverts et les banques se rendent coupable d'un délit d'usure. Il est là le vrai problème. Mais le fait que j'ai dénoncé cela, m'a valu une plainte pénale pour diffamation suivie d'une mise en examen sur la base de propos sortis de leur contexte. Ce n'est pas un acte d'accusation qui m'a été présenté, c'est un jeu de scrabble.

Pourtant les frais de refus contiennent des frais d'intervention qui ainsi échappent à la limitation à 80€ mensuelle. Le code monétaire et financier interdit formellement à un distributeur de crédit, de prélever des frais en cas de refus. Je rappelle qu'une écriture se présentant à découvert est une demande de crédit tacite. Que l'intervention du banquier consiste à étudier cette demande de crédit sous forme de découvert et qu'un refus rentre dans le texte susnommé. Les banquiers s'en tapent.

Pourtant les lettres MURCEF sont un abus de droit flagrant. Les banquiers vont répondre "on y est pour rien, Ces lettres sont une obligation légale dans le cadre de la loi MURCEF." Soit, mais envoyer une lettre automatiquement coûte, avec le timbre, entre 1 et 2€. Vos lettres sont à 18€, quelle belle marge. En fait, vous prétextez une obligation légale pour  racketter vos clients. On ne marche pas sur l'eau, mais sur la tête.

Un café et l'addition s'il vous plait !

Commissions d'intervention, frais de refus, lettres MURCEF, cela fait........... en moyenne 1.400€ par an (chiffre moyen constaté dans nos dossiers).

Alors, 30€ par an, c'est peanuts. Et pourtant, les associations "représentatives des consommateurs", toujours promptes à accepter n'importe quelle escroquerie, vont se mobiliser contre ces 30€ annuels.

Ainsi, les banques vont continuer à racketter le peuple, non pas du fait de leur facturation, mais du fait des manipulations de leur facturation.

Ce sera toujours le combat de l'APLOMB, la seule association qui se bat sur le terrain de la réalité et de la légalité.


3 commentaires:

  1. Avec Compte Nickel, non seulement on retire le pouvoir des banques en les empêchant de créer de la monnaie bancaire, mais en plus les frais sont plus faibles... C'est comme retirer du liquide avec la sécurité en plus... ET je ne suis pas payé pour dire cela, je le pense parce que je l'ai constaté.

    RépondreSupprimer
  2. L'inconvénient d'avoir juste le compte Nickel est que les retraits au DAB sont payants. Et faire gaffe car moi je me suis fait pirater mon compte au bout d'un an et demi.

    RépondreSupprimer