mardi 8 décembre 2015

Vous attaquez votre banque. Si vous ne tenez pas compte de ces 7 points, vous risquez de tout perdre.


Par Gérard Faure-Kapper

A la lumière de notre expérience passée, voici une synthèse des arguments qui vous feront perdre presque systèmatiquement devant les tribunaux.


Evitez donc ces 7 points.



1°) Etaler ses problèmes personnels: "en 2008 j'ai été frappé par la crise et mon chiffre d'affaire a baissé. Et puis l'année suivant j'ai divorcé, ce qui m'a coûté très cher. Ensuite je me suis associé mais je n'aurai pas dû faire confiance. L'année suivant, j'ai dû changer ma voiture sinon je ne pouvais plus travailler... etc, etc. ". L'avocat de la banque se frotte les mains. Il va conclure cette litanie en faisant remarquer au juge que "c'est bien malheureux, mais en quoi la banque est responsable de vos malheurs."

2°) Expliquer les problèmes de votre entreprise: "Cette année là, j'ai eu l'opportunnité d'acheter un stock de caméras super8 à un prix incroyable. Seulement les gens n'utilisent plus ce matériel depuis longtemps". Et l'avocat de répondre "vous êtes un bien piètre professionnel, vous auriez dû mieux vous former".

3°) Attaquer les engagements "J'avais demandé un crédit à cette époque, et la banque me l'a refusé, de plus elle a refusé les chèques qui se sont présentés.". C'est un principe, on ne peut pas attaquer la politique d'engagement d'une banque. Aucun tribunal ne la condamnera parce qu'elle a refusé un crédit. Je me rappelle la réflexion d'un avocat de la banque à un juge qui lui reprochait de ne pas s'engager. "D'accord monsieur le Juge, dans ce cas, c'est l'institution judiciaire qui sera caution ?"

4°) Attaquer nominativement le personnel. Non seulement ça hérisse le juge, mais si vous avez raison, la banque fera sauter son fusible et vous n'aurez plus rien. Par contre, si vous avez tort, vous vous prendrez une diffamation dans la tête.

5°) Critiquer le contrat que l'on a signé "le taux était trop élevé, les intérêts ont coûté trop cher, les frais étaient énormes," Et le juge de dire: "mais alors, pourquoi vous l'avez signé ce contrat ?". En général, le client s'enfoncera encore plus: "Parce que je ne pouvait pas faire autrement" Mauvaise réponse.

6°) Demander des dommages et intérêts sans aucune mesure. Il faut toujours démontrer le lien entre l'action reconnue fautive de la banque et la perte subit. De plus, les sommes demandées doivent être cohérentes. C'est à partir d'un préjudice objectif que vous pouvez demander de réparer le préjudice moral. Mais là, c'est vraiment à l'appréciation du juge.

7°) Ne pas apporter les preuves de ce que vous avancez. Un juge, ça fonctionne comme ça: vous avancez un fait, vous en apportez la preuve. Combien de dossiers, excellents d'ailleurs, ont été retoqués pour faute de preuve.



Mais alors, que faut-il dire et faire ?

Chaque dossier étant différent, remplissez une fiche contact sur
www.aplombfrance.fr

14 commentaires:

  1. Euuuuh...Les costumes limite prono, c'est censé vous rendre credibles ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. credible, ça fait longtemps qu'ils le sont à l'aplomb,faites travailler maitre debay vous vous en convaincrez facilement...

      Supprimer
    2. arnaque au crédit

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi porte-jarretelles et décolleté plongeant ? L'image nuit gravement à votre crédibilité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vous de réfléchir le pourquoi de cette image et ce qu'elle "image", justement...

      Supprimer
  4. si ce que l'on dit à propos d'une personne précise ne porte pas atteinte à son honneur, alors c'est une critique, donc légale, et non de la diffamation.

    RépondreSupprimer
  5. mon cher Gérard ne donne pas de faux espoirs aux sans dent car tu sais très bien qu'en justice : la banque ne perd jamais ! un espoir sauf si dimanche : marine vient sauver la France , cela pourra peut-être évoluer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un propos d'ordre général. Nous sommes au tribunal toutes les semaines et je peux afirmer que c'est faux. Mieux, les banques se font souvent ramasser... à condition que le plaignant a suivi nos conseils.

      Supprimer
    2. j'avais suivi vos conseils et pourtant je me suis fait ramasser. Je te signale entre parenthèse que la caisse d’épargne n'en fini pas de me plomber le moral. Cet harcèlement sournois je le vis au quotidien. Peux-tu m'en dire lus sur la loi Lagarde à propos des frais bancaire. Merci

      Supprimer
  6. Ce n'est pas le cas en Alsace , province plus pourrie et corrompue,tu ne peux pas trouver en France surtout avec le crédit mutuel avec sa super star Michel Lucas dont la réputation n'est plus à faire(voir médiapart)quant à la magistrature alsacienne c'est évidemment sans commentaire!

    RépondreSupprimer
  7. Ces 7 points ne proviennent pas ni de notre imagination. On nous communique souvent la "liasse", à savoir assignation, conclusions, réponses et jugement. D'autre part, nous avons également une bonne expérience des services juridiques des banques ainsi que de bonnes relations avec leurs avocats. Libre à chacun de suivre ou non ces conseils mais quiconque essaye de faire la même étude tombera fatalement sur nos conclusions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour monsieur
      Je voudrais connaître le coût de votre expertise pour mon prêt immobilier svp
      Merci pour votre action

      Supprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer