jeudi 7 juillet 2016

Régularité des Assemblée Générales du Crédit Mutuel. L'APLOMB en rajoute une couche




 Par Gérard Faure-Kapper


Nous avons des doutes réels et sérieux sur la régularité des votes aux assemblées générales du Crédit Mutuel. 

Ceci remet en cause la légitimité du président. Les conséquences pour les sociétaires sont énormes.


Par exemple, si le président n'est pas légitime, c'est pourtant par sa délégation que sont signés tous les contrats de prêt.

Ceux-ci n'auraient donc pas de valeur et un tribunal peut très bien prononcer l'annulation de tous les intérêts.


Le litige porte sur les "pouvoirs". Une personne qui signe un formulaire de "pouvoir" pour une assemblée générale, et ne met pas le nom du mandataire, c'est que cette personne exprime clairement son souhait de n'être représentée par... personne.


Je n'accuse pas les Caisses de Crédit Mutuel de se livrer à ce jeu dangereux, consistant à "rajouter" le nom de quelqu'un.


Mais les sociétaires revendiquent le droit de contrôler et de vérifier les formulaires de pouvoir.

C'est ce qui a été demandé au Président de la Caisse de Laval Avesnières. En effet, un résultat de 576 "oui" pour une présence d'une bonne centaine de personnes, fait naître de mauvaises pensées.

Pour les dissiper, le Président aurait dû spontanément présenter les documents incriminés à l'examen des sociétaires.

Mais il a refusé de le faire.

Alors, la requête monte au président de la Fédération. S'il refuse également, ce sera très embêtant.


L'APLOMB soutenant totalement le mutualisme financier et revendiquant l'héritage des mouvements mutualistes aura toute légitimité pour agir.


La Caisse d'Abbeville a porté plainte contre le Président de l'APLOMB pour avoir écrit  qu'une étude fait ressortir des pratiques usuraires.

En fait, c'est le représentant légal de la Caisse qui porte plainte. Son Président. 

Et si ce Président n'était pas non plus légitime. Quid de la plainte. Nous allons donc demander à la chambre d'accusation de procéder à la vérification des conditions dans lesquelles ce président a été élu.


Si vous-même, voulez vérifier la régularité de votre assemblée générale, prenez contact avec l'APLOMB.


Une dernière fois, nous n'accusons pas le Crédit Mutuel d'avoir manipulé les "pouvoirs", nous disons seulement que nous avons des doutes réels et sérieux et que nous voulons avoir accès à ces documents pour simple vérification.


==============================================


Monsieur le Président de la
Fédération du Crédit Mutuel
Anjou, Basse Normandie
43 Boulevard Volney,
53000 Laval


                                                                                  Laval le 5 juillet 2016

Monsieur le Président,


Je suis sociétaire de la Caisse de Laval Avesnières.

J’ai demandé à consulter le PV de la dernière assemblée générale. A sa lecture, mon attention s’est focalisée sur le résultat des votes. Il y avait 576 pour, 3 contre et 16 abstentions.

Pourtant, ainsi que d’autres sociétaires, nous avons estimé l’assistance de l’AG à environ 120 personnes. Pour atteindre de résultat de 576 pour, il aurait fallu que chaque participant ait quatre pouvoirs.

D’autre part, ne pouvant savoir qui votera pour et qui votera contre, les 3 personnes ayant voté contre devraient être en fait… 12 du fait des pouvoirs.

Avec d’autres sociétaires, nous avons un doute réel et sérieux sur la régularité des pouvoirs.

Par hypothèse et par définition, un pouvoir est un document par lequel une personne exprime sa volonté d’en mandater une autre pour, en l’occurrence, participer aux débats et aux votes.

Ainsi, près de 450 personnes auraient mandaté 450 autres pour les représenter.

Avant que le doute s’installe chez les sociétaires, ce qui ne serait pas bon pour notre mouvement mutualiste, j’ai demandé par écrit au Président de la Caisse, de me donner accès aux formulaires de pouvoir.

C’est un refus catégorique. Cette réaction n’est pas pour nous rassurer. Nous vous demandons donc de donner accès à ces documents à une délégation de Sociétaires dont moi-même, afin d’exercer notre pouvoir et notre devoir de contrôle.

Je dois avouer qu’un nouveau refus ne serait pas sans conséquence, et c’est toute la communication actuelle du Crédit Mutuel, la banque qui appartient à ses clients, qui risquerait d’en pâtir.

Comptant sur vos convictions et votre engagement pour le mouvement Crédit Mutuel, veuillez croire, Monsieur le Président, en l’expression de mes sentiments mutualistes les meilleurs.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire