mercredi 13 juin 2012

Achats placements immobiliers inlouables et invendables. La cour de cassation explose les banques.



Par Gérard Faure-Kapper

Cet arrêt concerne tous les PIM (placements immobiliers miracles) du genre : « signez-là-on-s’occupe-de-tout-on-vous-trouve-le-crédit-l’appartement-le-locataire-vous-n’avez-rien-à-débourser-mais-vous-allez-toucher-de-l’argent-dès-le-mois-prochain-jusqu’à-la-treizième-génération ».

La suite est connue : charges énormes, commissions gigantesques, appels de fonds mensuels, locataire introuvable, marché inexistant, bien invendable. Bref, des citoyens qui ont tout perdu.

Alors les banques viennent saisir l’appartement et vous présentent une facture que vous allez payer sur 20 ans.

Eh bien, c’est terminé. La cour de cassation juge irrégulier les actes notariés si la procuration n’a pas été jointe. Ce qui est presque toujours le cas.


Copié collé du site du Parisien


======================================================

Affaire Apollonia: la Cour de cassation juge irréguliers des actes notariés


La Cour de cassation a jugé irréguliers des actes notariés servant de fondement à des saisies immobilières dans le cadre de l'affaire Apollonia, vaste escroquerie aux investissements défiscalisants, a-t-on appris vendredi auprès de l'association des victimes.

En conséquence de quoi, la Cour a estimé que les mesures de recouvrement de dettes ne pourraient intervenir désormais sans décision judiciaire dans cette affaire, au grand soulagement des victimes pour qui "les banques sont ainsi privées de la possibilité de nous saisir", selon le
président de leur association nationale, Claude Michel. 

Dans ce dossier instruit depuis trois ans et dans lequel 32 personnes sont mises en examen, dont 12 travaillant pour des banques, la société Apollonia, basée à Aix-en-Provence, se voit reprocher d'avoir escroqué plusieurs centaines de foyers de l'Hexagone en leur faisant acheter des appartements pour un 
total d'un milliard d'euros.

Ses clients se sont retrouvés au final très lourdement endettés, sans que leurs avantages fiscaux ou leurs revenus locatifs ne leur permettent de faire face à leurs créances.

Des banques qui avaient 
financé les crédits ont donc saisi des biens, ce qui a donné lieu à un contentieux, la défense des victimes contestant la régularité des actes notariés passés pour l'acquisition des appartements et servant de fondement aux saisies.

La Cour de cassation lui a donné raison jeudi en ce que ces actes de prêt avaient été passés, devant notaire, en l'absence des emprunteurs dont il était indiqué qu'ils avaient donné procuration pour la signature de l'acte. Or, les procurations en question faisaient défaut dans les dossiers, contrairement aux règles en vigueur.

La deuxième chambre civile de la Cour a conclu que cette irrégularité faisait perdre aux actes notariés leur caractère authentique, "qui seul permet des poursuites sans disposer d'une décision judiciaire" condamnant le débiteur à rembourser les sommes en cause. Les procédures de saisie en cours étant annulées de ce fait.

Selon l'avocat de l'association, Me Jacques Gobert, ce jugement, au-delà de l'affaire, pourrait affecter de nombreux dossiers de crédit immobilier pour lesquels un intermédiaire est intervenu sans que la procuration ne figure dans les actes notariés.



1 commentaire:

  1. Very good blog .. i was pleased my presence here

    It is an honor to see your pen in: my blog on the following link:

    Dev Nasser Blog

    It is an honor that I invite you and all of the presence here to follow up on my page on Facebook on the following link:

    Portal Blogs Nasser

    Most beautiful greetings :)

    RépondreSupprimer