jeudi 27 juin 2013

Banque Populaire Lorraine Champagne: des factures dantesques


Par Gérard Faure-Kapper

Suite à nos demandes de communication de documents dans le cadre de la loi informatique et liberté (CNIL), les banques ont éludé la question et ont voulu exploiter financièrement ces demandes des clients.

Il faut savoir que l’objectif de cette lettre était surtout de connaître les réactions des banques face à cette demande.

Leur refus va justifier nos demandes « d’ordonnances portant injonction de faire ».

Mais les banques, toujours zélées et promptes à ramasser tout centime qui traîne, ont été trop loin.

Alors que la loi prévoie une tarification « qui ne peut excéder celle de la photocopie », les banques se sont lâchées.

L’une d’elle nous a même répondu que « le prix qu’impose la loi ne dispense pas la banque de tarifer selon sa grille ».

Eh bien non, la loi passe au-dessus de la grille tarifaire et la banque ne peut pas tarifer plus.

La Banque Populaire Lorraine Champagne, organisme bien connu de nos services pour de nombreux actes de délinquance, pense avoir trouvé la parade.

Suite à la demande de communication des documents, et comme la loi leur impose de ne pas dépasser le prix de la photocopie, alors ils inventent :

Coût unitaire photocopie : 1€.

Ce tarif n’est pas du tout prévu dans la grille tarifaire et se situe 100 fois plus élevé que le coût réel d’une photocopie (1 centime d’euro chez tous les prestataires sérieux).

Par ailleurs, ils distinguent le coût de la photocopie du prix de la recherche. En effet, l’employé de banque va rechercher le document.

Non, ce n’est plus comme avant quand il descendait dans le 3ème sous-sol pour extrait d’un sac de jute un carton reprenant les dossiers papiers.

Notre employé de banque ne va pas avaler la poussière. Devant son écran, il tape le numéro du compte, puis l’historique, il encadre la recherche avec la date de départ et la date de fin, coche la case « envoi par courrier », il utilise alors son index dont la première phalange va enfoncer d’un millimètre le bouton gauche de la souris, et son travail est terminé. Il peut sortir pour fumer sa clop.

Et après ça il aura encore le culot de demander la retraite à 60 ans comme je peux le lire sur les tracts syndicaux mis en ligne.

Il faut rappeler que lorsque l’on évoque la pénibilité d’un travail, c’est par rapport au travailleur et non aux moments pénibles qu’il fait subir à ses clients.




C’est donc 41 recherches qui sont facturées à 17€ttc auxquelles se rajoutent 338 photocopies à 1€.


Le total est de 1.035€ ttc pour communiquer un travail dont le prix de revient n’excède pas 5€

4 commentaires:

  1. Bien heureusement vous avez les noms des responsables... au frais (avant les grandes chaleurs...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, parce qu'en plus, ils signent les lettres

      Supprimer
  2. ils n'ont pas peur du tout de signé les courriers qu'ils nous envoient, ils se sentent totalement dans leurs droits et comme ils sont le plus souvent totalement impunis, voir même confortés dans leurs démarches, ils auraient torts de ne pas en profité....il serait temps de leurs montrer que la vache en a raz le bol de se faire traire, que le "bas peuple" reprenne son destin en mains.
    eux ils communiquent, pourquoi nous ne le faisons pas? nous sommes obligés de nous cacher pour riposter. il n'y a pas d'émission de télé ou de radio qui "racontent" le racket permanent des établissements financiers, on nous montre des gens qui perdent tout, mais on ne dit jamais quand c'est la faute d'un employé de banque zélé qui à pourri la vie d'une famille pour se faire bien voir de sa hiérarchie. il est temps que nous: les clients, leurs rappelions que l'argent qu'ils manipulent est le notre, et que sans notre argent, ils ne sont rien. merci à Gérard Faure Kapper, de mettre à jour les dérives du systeme.

    RépondreSupprimer
  3. Un beau jour, j'ai voulu supprimer un prélèvement car mon débiteur, malgré la fin du contrat, continuait à prélever des mensualités. Je me suis donc rendu au guichet de ma banque : coût de l'opération 20€ : temps d'intervention 20 secondes.
    par déduction, si on calcule le coût horaire : 60€ à la minute et par conséquent 3600€ de l'heure ... moi je veux bien être banquier !!

    RépondreSupprimer