mardi 8 mai 2012

La Banque Populaire de Langeais saigne les jeunes



par Gérard Faure-Kapper

La Banque Populaire de Langeais saigne les jeunes 

Pendant la guerre de cent ans, Langeais était le repaire de bandes de brigands qui semaient la terreur dans la contrée en rançonnant et dépouillant les habitants.

Charles VII y mis promptement un terme en 1422.

En l’an de grâce 2012, la racaille est de retour. Installé rue Thiers ils rackettent les habitants, notamment les jeunes en difficulté économique.

J’ai sous les yeux le dossier d’un jeune couple, parents de 2 jeunes enfants qui survivent avec courage avec des petits boulots entrecoupés de périodes de chômages. Heureusement que les allocations familiales complètent ces maigres revenus.

Ce jeune couple méritant est devenu une proie pour ces gangsters.

En 5 ans, c’est 10.625 euros qui ont été volés à cette famille.

Cela représente 177,08 euros pendant 60 mois. Combien de privations, notamment pour leurs enfants. Les allocations familiales réputées insaisissables étaient ponctionnées.

Tant que les banques étaient totalement soutenues par le ci-devant président Sarkozy, grâce à Notre Dame de Lagarde, les banquiers étaient heureux et pouvaient vivre sur le peuple.

Seulement leur protecteur n’est plus là et le nouveau dirigeant, François 1er Hollande, comme Charles VII, va mettre un terme à cette situation.

Il a clairement défini sa politique en la matière au Bourget. Pour résumer, les financiers sont classés dans les prédateurs et les ennemis du peuple et de la Nation.

Alors, je lance ce message aux responsables de la Banque Populaire de Langeais, notamment son Conseil d’Administration.

L’APLOMB ne négocie jamais et ne lâche jamais. Fort du soutien de l’Etat, une plainte pénale pour délit d’usure sera établie sous 10 jours contre cette agence.

Ces 8.503 euros, vous allez être condamné à les rembourser, plus les frais de justice, plus les dommages et intérêts.

Et c’est notre devoir de vigilance citoyenne d’en informer présentement les habitants de cette bonne ville.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire